la trêve de Picquigny
29 août 1475
Pour en savoir plus sur la trêve de Picquigny :
le contexte le contexte
le contenu le contenu
les conséquences les conséquences
Popularité
Classement selon le nombre de visites=37 sur 37Classement selon le nombre de visites=37 sur 37
Pages liées  
lien vers une page de sites associés à cette page
lien vers une page de livres associés à cette page
lien vers une page de films associés à cette page
le contexte
Haut de pagepas de paragraphe précédentle contenu

La seconde guerre de cent ans est terminée dans les faits. Tous les territoires jadis contrôlés par les rois d'Angleterre leur ont été repris, à l'exception de Calais. Plus aucun affrontement n'a eu lieu depuis la bataille de Castillon.

 17 juillet 1453 1 : Victoire française à la bataille de Castillon. Les Anglais sont chassés de France (dernière bataille de la guerre de cent ans).

Cependant, d'un point de vue juridique, aucun traité n'a officiellement mis fin aux hostilités. Même s'ils ne se sont pas concretement combattus depuis 22 ans, la France et l'Angleterre sont théoriquement toujours en guerre.

Pour le roi de France Louis XI, l'ennemi est plutôt intérieur. Il s'agit des grands vassaux rebelles : duc d'Orléans, duc de Bretagne, mais surtout Charles le Témeraire, duc de Bourgogne et comte de Flandres. Ce puissant prince reve d'indépendance et de réunir ses états en un ensemble connexe, tout ceci ne pouvant se faire qu'au detriment du pouvoir royal.

Pour arriver à ses fins, le duc de Bourgogne s'appuie sur ses alliés. Il a réussit à convaincre le roi d'Angleterre Edouard IV d'intervenir à nouveau en France. Ce dernier débarque avec une armée d'invasion. A ce moment, le duc de Bourgogne est enlisé en Lorraine. La situation est cependant critique pour le roi de France, coincé avec ses vassaux rebelles à l'ouest et à l'est, et l'armée du roi d'Angleterre au nord.

France après la guerre de cent ans
La France après la guerre de cent ans

Mais Louis XI est un roi particulièrement habile. Il rentre en pourparler avec le roi d'Angleterre à Picquigny, dans la Somme. Plutot que de tenter l'epreuve de force, il réussit à convaincre Edouard IV de rebrousser chemin contre monnaies sonnantes et trébuchantes.

le contenu
Haut de pagele contexteles conséquences

Le roi de France s'engage à payer 75.000 couronnes d'or au roi d'Angleterre, puis à lui verser une rente de 50.000 couronnes d'or tous les ans.

Le roi d'Angleterre s'engage à retirer ses troupes de France, et à briser son alliance avec le duc de Bourgogne.

les conséquences
Haut de pagele contenupas de paragraphe suivant

La principale conséquence est symbolique : ce traité met enfin juridiquement fin à la guerre de cent ans.

Coté anglais, le roi Edouard IV rentrera triomphant d'avoir obtenu un tribut du roi de France.

La vraie victoire est coté français, où on a par la diplomatie réussi à renvoyer l'armée d'invasion anglaise chez elle, sans avoir à livrer le moindre combat. La cerise sur le gâteau est naturellement d'avoir du même coup privé Charles le Témeraire d'un allié de poids. L'affaiblissement du puissant duc de Bourgogne s'accentue, et sa chute est proche.

Sources des dates citées dans cette page :
 - 1 (17 juillet 1453) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 39
Haut de Page
  Plan  |  Nouveautés  |  Index  |  Ressources  |  Contacts  |  Remerciements  |  Avertissement  |  Droits  |  Légendes  |  Sources  

© 2000-2017 : N. HIS - Site HIStoire  [ Dernière mise à jour : 21 mai 2017 ]