la seconde guerre de cent ans
Page précédente : les rois maudits
Niveau supérieur : le Moyen-Age
Pas de page suivante
Limites de la période
Début : 29 mai 1328 = Sacre de Philippe VI de Valois, le roi trouvé. Il abandonne le royaume de Navarre à Jeanne de Navarre en échange de sa renonciation à tous droits sur la couronne de France
Fin : 17 juillet 1453 = Victoire française à la bataille de Castillon. Les Anglais sont chassés de France (dernière bataille de la guerre de cent ans)
Résumé
La seconde guerre de Cent Ans est le plus connu des deux conflits qui portent ce nom.

Ce bras de fer entre les rois de France (Valois) et d'Angleterre pour la possession du royaume des lys va saigner la France aux quatre veines pendant un siècle. Qu'elle sera loin la France forte et pacifiée de Philippe le Bel !

La guerre de Cent Ans se décompose en deux phases distinctes au cours desquelles le royaume sera à chaque fois à deux doigts du démantèlement avant d'être reconquis quasi intégralement. L'Histoire ne se répète pas, mais elle bégaie parfois étrangement...

Pages liées  
lien vers une page de sites associés à cette page
lien vers une page de livres associés à cette page
lien vers une page de films associés à cette page
La guerre de succession de France
Haut de pagepas de paragraphe précédentRaisons et prétextes d'une guerrepas de page suivante
Raisons et prétextes d'une guerre
Haut de pageLa guerre de succession de FranceLa marche vers la guerrepas de page suivante

A la mort de Charles IV le Bel, le roi d'Angleterre Edouard III (héritier le plus légitime) a été écarté au profit du comte de Valois. L'Angleterre acceptera cette élection, et contrairement à ce qu'on croit généralement, ne prendra pas les armes pour défendre les droits d'Edouard III.

Edouard III - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum

Ce n'est que plus tard, quand le roi de France cherchera à nuire à l'Angleterre (principalement en tentant de récupérer la Guyenne), qu'Edouard III ressortira ses droits à la couronne dans le cadre d'un politique de surenchère destinée à faire lâcher prise à Philippe VI (un truc du style « si tu continues à vouloir me reprendre mon duché, moi je te pique ta couronne »).

L'armée anglaise étant plus efficace que l'armée française, le conflit tourne au désastre pour la France. On notera cependant que dès que des garanties suffisantes seront données sur la Guyenne et les possessions anglaises, aussitôt Edouard III renoncera à ses prétentions sur la couronne, ce qui montre bien que la querelle de succession est un prétexte plus qu'une cause. La véritable motivation des anglais dans ce conflit, c'est de garder et assurer leurs possessions sur le continent.

La marche vers la guerre
Haut de pageRaisons et prétextes d'une guerreDe désastres en désastrespas de page suivante
 29 mai 1328 1 : Sacre de Philippe VI de Valois, le roi trouvé. Il abandonne le royaume de Navarre à Jeanne de Navarre en échange de sa renonciation à tous droits sur la couronne de France.

Fils du comte Charles de Valois, Philippe VI succède à son cousin Charles IV le Bel. Elu par les pairs, il est le fondateur de la lignée des Valois. Il est obligé de composer avec les grands vassaux qui l'ont mis sur le trône.

Le problème de la Guyenne dégénère en conflit avec l'Angleterre.

Philippe VI de Valois - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum
 1336 2 : Conflit en Guyenne et soutien de la France à une révolte écossaise.
 1336 3 : Création du royaume hindou de Vijayanagar qui sera bientôt le plus puissant du sud de l'Inde.

Philippe VI, reprenant la politique des Capétiens directs, cherche à rétablir la souveraineté du roi sur toute la France. Il veut donc à tous prix reprendre la Guyenne. Edouard III refuse de perdre ses terres sur le continent. C'est l'escalade. Le roi d'Angleterre envoie un défi à Philippe « comte de Valois qui se dit roi de France ».

 6 fevrier 1340 4 : Edouard III d'Angleterre prend le titre de roi de France.

La moderne armée anglaise est bien plus efficace que la prestigieuse mais archaïque armée française :

  • sur mer, supériorité des amiraux anglais (en France, on ne juge pas utile de mettre des marins à ce poste)
  • présence de troupes régulières et entraînées, en particulier d'archers (en France, on méprise la piétaille pour préférer la chevalerie, c'est-à-dire la cavalerie lourde).
  • utilisation d'artillerie (en France, on a jugé que cette arme n'avait pas d'avenir sur les champs de bataille... En 1914, et même en 1939, on pensera la même chose des chars d'assaut).

De désastres en désastres
Haut de pageLa marche vers la guerreUne France anéantiepas de page suivante

Le conflit entre la grande France et la petite Angleterre dégénère vite en catastrophe pour l'orgueilleux royaume des lys.

 24 juin 1340 5 : Défaite navale française à la bataille de l'Ecluse.

La flotte française, victime de l'incompétence de son commandement, est détruite par la flotte anglaise.

 26 août 1346 6 : Défaite française à la bataille de Crecy.

Edouard III utilise pour la première fois en Occident les canons dans une bataille rangée et bat Philippe VI. Le comble de la bêtise : les chevaliers français massacrent eux-mêmes les fantassins de l'armée française quand ils les trouvent sur leur route lors de leur charge « héroïque ».

Bataille de Crecy - Photo utilisée avec l'aimable autorisation du musée Jeanne d'Arc de Rouen
 3 août 1347 7 : Prise de Calais par Edouard III.

C'est l'épisode des « bourgeois de Calais ». Nul ne se doute encore que les anglais tiendront la ville plus de 2 siècles !

 1347 à 1348 8 : La Peste Noire ravage la France province après province.

C'est une hécatombe. A long terme, les conséquences sur la démographie et l'économie seront aussi dramatiques que l'épidémie elle même.

 vers 1350 9 : Apogée du Grand Zimbabwe.
 22 août 1350 10 : Mort de Philippe VI de Valois. Avenement de Jean II le bon.
C'est à cette époque que se déroulent les actions de la série «Vasco» et de la bande dessinée «le matin du monde» de la série «Yoko Tsuno»

Les deux adversaires de Jean II le bon sont :

Jean II - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum

Le seul point positif du règne est le rattachement (pacifique, par donation) du Dauphiné à la couronne : désormais l'héritier présomptif de la couronne recevra ce territoire et portera donc le titre de Dauphin (le premier Dauphin est donc Charles de Normandie, futur Charles V).

Charles le Mauvais fomente le plus de troubles possibles et va d'assassinats (meurtre du connétable, et favori du roi, Charles d'Espagne) en trahisons (nombreuses alliances avec le roi d'Angleterre). Jean II finit par lui tendre un piège au château de Rouen en se servant du Dauphin comme appât involontaire. Le roi de Navarre est capturé et emprisonné ; mais l'héritier du trône est discrédité.

 5 avril 1356 11 : Jean II le bon fait arrêter Charles le mauvais à Rouen.
Tour Jeanne d'Arc
le Prince Noir

Simultanément, la guerre avec l'Angleterre se poursuit. Le Prince Noir (le prince de Galles, fils d'Edouard III) ravage le centre du pays. Jean II convoque l'imposante ost (armée) royale et fait la chasse à la troupe de pillage du Prince Noir.

 19 septembre 1356 12 : Désastre français à la bataille de Poitiers. Le roi Jean II est prisonnier du prince de Galles.

6000 anglais mettent en déroute l'ost royale de 25000 français (non, je n'ai pas fait de faute de frappe dans les chiffres !). Le roi Jean II est prisonnier du prince de Galles.

Jean II le bon

La bataille de Poitiers est l'aboutissement logique et désastreux de l'archaïsme de l'armée française. Le Dauphin (malade et infirme) quitte le champ de bataille dès le début de la débâcle, permettant ainsi d'assurer un gouvernant à la France. Son jeune frère Philippe reste jusqu'au bout au côté de son père auquel il crie sans relâche « Père gardez vous à gauche ! Père gardez vous à droite ! » quand les anglais encerclent le roi.

Empereur Charles IV - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum
 10 janvier 1356 13 : Bulle d'or : L'empereur Charles IV retire toute influence à l'Eglise sur l'attribution de la couronne du Saint Empire. Ce choix incombe uniquement à 7 grands électeurs.
Une France anéantie
Haut de pageDe désastres en désastresLe roi sage et le connétable bretonpas de page suivante

Au soir de Poitiers, la France n'a plus ni armée ni gouvernant. Jean II et Philippe partent en captivité à Londres. Bénéficiant pendant la plus grande partie de sa captivité d'une prison dorée (logé dans un château, avec toutes les distractions du temps), le roi Jean sera tout de même emprisonné un temps dans la Tour de Londres quand les négociations se durciront.

Le Dauphin Charles, par une adroite pirouette juridique, est déclaré tuteur de son père et devient d'abord lieutenant général du royaume puis Régent.

Tour blanche
Dauphin Charles - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum

C'est lui qui doit surmonter l'anarchie d'une France rendue chaotique par la défaite :

  • Les Etats Généraux tentent sans succès d'imposer une monarchie parlementaire.
  • Le prévôt des marchands de Paris, Etienne Marcel, est à deux doigts de réussir une Révolution avant la lettre, mais il est arrêté alors qu'il allait livrer Paris à Charles le Mauvais.
  • La Jacquerie (révolte paysanne) ravage les campagnes et est difficilement maîtrisée.

 8 mai 1360 14 : Traité de Bretigny.

Le traité de Bretigny livre une grande partie du pays aux anglais :

  • L'Angleterre acquiert en bien propre (plus de vassalité) le sud-ouest de la France
  • Edouard III renonce à ses prétentions sur la couronne de France.
  • Jean II sera libéré contre rançon et otages.

France de Bretigny
La France partagée au traité de Bretigny

Le roi est libéré pour rassembler sa rançon. C'est à cette occasion qu'on commence à frapper sur les monnaies le visage du souverain. Le fils que Jean II avait laissé en otage s'étant échappé, le roi retourne par honneur à Londres où il meurt.

 1360 à 1405 15 : Tamerlan (Timur Lang) fonde un nouvel empire mongol au moyen orient.

Il ne restait qu'un cran à descendre pour la France dans la catastrophe : Jean II a eu le temps d'investir son fils préféré Philippe le Hardi (celui de la bataille de Poitiers et de la captivité à Londres) de la Bourgogne. Comme Philippe est marié à l'héritière des Flandres, il se retrouve à la tête d'un immense et riche territoire (Flandres et Bourgogne) coupé en deux... avec un morceau de France entre les deux. C'est de lui que sortira la dangereuse maison de Bourgogne (Jean Sans Peur et Charles le Téméraire).

Le roi sage et le connétable breton
Haut de pageUne France anéantieArmagnacs contre Bourguignonspas de page suivante
Statue de du Guesclin
 8 avril 1364 16 : Mort de Jean II à Londres. Avenement de Charles V.
 19 mai 1364 17 : Charles V est sacré roi de France.

A la mort de Jean II, Charles V est sacré roi d'une France affaiblie et dépecée. Le sage roi est affligé d'une grave maladie qui l'emportera trop tôt. Rendu infirme, il ne peut mener une bataille et c'est Bertrand Du Guesclin qui est son alter ego à la tête des armées.

Charles le Mauvais continuant ses traîtrises et ses complots, la première partie du règne se concentre sur la neutralisation du dangereux roi de Navarre.

 16 mai 1364 18 : Bataille de Cocherel = Charles le Mauvais est battu par Du Guesclin.

Au traité de Vernon, le Navarrais perd ses nombreux territoires français (dont le comté d'Evreux). Il ne lui reste plus que le petit royaume de Navarre. Plus jamais il n'inquiétera la France.

 1368 19 : Les Mings chassent les Mongols de Chine et prennent le pouvoir pour trois siècles.
 2 octobre 1370 20 : Du Guesclin est fait connétable par Charles V, Robert de Fiennes s'étant démis de cette charge à cause de son grand âge.

Le grand fléau de l'époque, ce sont les « Grandes Compagnies », ces bandes de mercenaires licenciées qui s'agrègent en bande de brigands qui ravagent villes et campagnes. Du Guesclin les emmène participer aux guerres qui ravagent l'Espagne. Elles y sont à peu près décimées, et tout au moins sont dispersées.

Muraille de Chine - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de D. Harlais
Louvre médiéval

Charles V et Du Guesclin peuvent dès lors se consacrer à la reconquête systématique de l'essentiel du territoire perdu au traité de Bretigny. Le génie de Du Guesclin est tel que les anglais perdent les régions les unes après les autres. A la fin de la première partie de la guerre de Cent Ans, toute la France est reconquise, sauf la Guyenne, Bayonne, Brest, Cherbourg et Calais.

Charles V résidait au Louvre, où (étant très érudit) il constitue une des plus belles bibliothèques de son temps.

Charles V

Le règne de Charles V se caractérise également par une administration brillante du royaume, principalement des réformes financières judicieuses. Malgré son état de santé désastreux, le sage roi sait avoir une forte autorité qui tient en respect ses frères (qui seront si tumultueux après lui). Sa maladie l'emporte trop tôt, laissant un fils en bas âge.

 21 juin 1377 21 : Mort de Edouard III au terme de 50 ans de règne. Avenement de Richard II.
 20 septembre 1378 22 : Robert de Genève est élu Pape sous le nom de Clément VII. Grand Schisme d'Occident : 2 Papes (Urbain VI à Rome et Clément VII en Avignon se disputent le trône de Saint Pierre).
 13 juillet 1380 23 : Mort de du Guesclin au siège de Châteauneuf-de-Randon.
 8 septembre 1380 24 : Les Moscovites battent les Tatars à Koulikovo.
 16 septembre 1380 25 : Mort de Charles V. Avenement de Charles VI.

Du Guesclin a tant fait pour la France que Charles V décide de le faire enterrer à Saint Denis avec les rois. Personne d'autre n'aura jamais cet honneur.

Bertrand du Guesclin - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum
Armagnacs contre Bourguignons
Haut de pageLe roi sage et le connétable bretonUne guerre civile doublée d'une guerre étrangèrepas de page suivante
Une guerre civile doublée d'une guerre étrangère
Haut de pageArmagnacs contre BourguignonsDe régence en régencepas de page suivante

Pendant la minorité puis surtout pendant la folie de Charles VI, deux factions de disputent l'autorité au conseil de régence : le parti d'Orléans (dont Bernard d'Armagnac sera chef de file après l'assassinat de Louis d'Orléans) et le parti Bourguignon (les descendants de Philippe le Hardi).

Cette rivalité va dégénérer en guerre civile (Armagnacs contre Bourguignons). Le roi d'Angleterre (Henri V) profitera de cette anarchie pour mener une guerre de conquête de la France. Une nouvelle fois la France sera à deux doigts de la catastrophe, et la tradition veut que « le royaume perdu par une femme (Isabeau de Bavière) fut sauvé par une jeune fille (Jeanne d'Arc) ».

De régence en régence
Haut de pageUne guerre civile doublée d'une guerre étrangèreLa guerre généralepas de page suivante

Pendant la minorité de Charles VI, ses oncles (jadis si bien tenus en respect par Charles V) laissent libre cours à leurs instincts et leurs rivalités et gèrent le royaume avant tout suivant leurs intérêts (principalement le duc de Bourgogne Philippe le Hardi).

Heureusement, à sa majorité, Charles VI reprend le pouvoir en mains et rappelle les conseillers de son père : les « Marmousets ». Charles VI est alors «le Bien Aimé».

Charles VI - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum
 5 août 1392 26 : Première crise de démence de Charles VI. Isabeau de Bavière préside le conseil de Régence.

Le roi devient fou. Au conseil de régence, deux factions s'affrontent. Leurs chefs sont Louis d'Orléans (frère de Charles VI et grand-père du futur Louis XII) et Philippe de Bourgogne (oncle du roi). La mort de Philippe le Hardi, et son remplacement par son fils Jean Sans Peur, n'arrange rien : Philippe, en tant que fils de Jean II, avait pour l'intégrité de la France un respect que son fils Jean n'a pas. Valentine Visconti (femme de Louis d'Orléans) soigne avec dévouement le malade, étant la seule qu'il accepte pendant ses crises de démence.

Cité interdite - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de D. Harlais
 1398 27 : Le mongol Tamerlan ruine le nord de l'Inde (sultanat de Delhi).

Le XIVième siècle se termine dans le chaos pour l'Europe : deux papes se disputent le trône de Saint Pierre, deux empereurs celui de Charlemagne ; le trône d'Angleterre est occupé par un usurpateur (Henri IV de Lancastre) et celui de France par un dément.

 1405 à 1433 28 : L'explorateur chinois Cheng Ho et ses 300 jonques visitent sept fois l'Indonésie, l'Arabie et l'Afrique.
 1406 29 : Construction de la Cité Interdite à Pékin.
La guerre générale
Haut de pageDe régence en régenceLes drames de Montereau et Troyespas de page suivante

Avec l'assassinat de Louis d'Orléans (remplacé par Bernard d'Armagnac) sur ordre de Jean Sans Peur, la lutte d'influence dégénère en guerre civile. «Armagnacs» (parti «loyaliste») contre «Bourguignons».

 15 juillet 1410 30 : Les Polonais brisent la puissance des chevaliers teutoniques à la bataille de Grunwald (Tannenberg).

Dans le même temps, Henri V d'Angleterre (le Henri V de la pièce de Shakespeare) profite de l'anarchie en France pour débarquer et conquérir le maximum de territoire possible. C'est le début de la seconde période de la guerre de Cent Ans.

 6 juillet 1415 31 : Le réformateur tchèque Jan Hus est brûlé comme hérétique.
 25 octobre 1415 32 : Défaite d'Azincourt contre le roi Henri V d'Angleterre.
 1417 33 : Conquête de la Normandie par les Anglais. Rouen resiste pendant 2 ans.
 1417 34 : Isabeau de Bavière, reine de France, passe dans le camp des Bourguignons.
 11 novembre 1417 35 : Oddone Colonna est élu pape sous le nom de Martin V. Fin du Schisme d'Occident. La Papauté retourne à Rome.
Henri V - Photo utilisée avec l'aimable autorisation du musée Jeanne d'Arc de Rouen
Charles VI - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum

Paris est prise d'assaut par les Bourguignons !

 29 mai 1418 36 : Prise de Paris par les Bourguignons.

Le Dauphin (futur Charles VII) est évacué in extremis, mais le roi fou est prisonnier. Tout malade et incapable qu'il soit devenu, ce dernier est toujours le roi sacré et oint... et tout ce qu'il signe est une loi !

Les drames de Montereau et Troyes
Haut de pageLa guerre généraleJeanne d'Arcpas de page suivante

Le duc de Bourgogne réalise tout à coup que le royaume court à la destruction, et que son duché de Bourgogne pèserait bien peu vis-à-vis d'un énorme royaume franco-anglais. Il prend peur et se rapproche du Dauphin. Une entrevue est organisée à Montereau, mais malheureusement (malentendu ou geste prémédité?), un garde du corps interprète mal un mouvement du duc de Bourgogne et, croyant le Dauphin en danger, tue le duc de Bourgogne.

 10 septembre 1419 37 : Le duc de Bourgogne Jean sans peur est tué par Tanguy du Chatel à Montereau lors d'une entrevue avec Charles VII.
 1419 à 1436 38 : Guerre des hussites (partisans de Jan Hus) contre l'empereur et le Pape en Europe de l'est.
Isabeau de Bavière

Cet événement est dramatique car le nouveau duc de Bourgogne, Philippe le Bon, se jette dans le parti anglais. La reine de France (Isabeau de Bavière) qui déteste son fils pousse le roi fou à marier sa fille au roi d'Angleterre et à signer le traité de Troyes.

 25 mai 1420 39 : Le prince du Portugal Henri le Navigateur devient gouverneur de l'ordre du Christ. Avec ces revenus, il encourage les portugais à mener des expéditions pour découvrir une route maritime vers l'Inde en contournant l'Afrique.
 21 mai 1420 40 : Traité de Troyes.

  • Le Dauphin est déshérité de tout droit sur la couronne de France.
  • La France est démembrée entre l'Angleterre et la Bourgogne (ne prend effet que sur la zone occupée par les Anglais et les Bourguignons ; un tiers de la France restant loyale au Dauphin).
  • A la mort de Charles VI, la couronne France ira au fils et héritier d'Henri V, le futur Henri VI.

Henri V meurt quelques mois avant Charles VI ; Henri VI n'est qu'un enfant. Quoi qu'on en dise, l'héritier « légitime » a beau être le Dauphin Charles, le roi légal est Henri VI. Ses oncles assurent l'un la régence de l'Angleterre et l'autre la régence de la France.

 31 août 1422 41 : Mort d'Henri V d'Angleterre. Avenement d'Henri VI d'Angleterre qui a 10 mois. Le duc Jean de Bedford est régent de France pendant la minorité d'Henri VI.
Henri VI d'Angleterre - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum
France avant Jeanne d'Arc
La France partagée au traité de Troyes

Charles VII - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum

Le Dauphin n'est plus que le petit « roi de Bourges ».

Aucun des deux candidats au titre de roi ne peut se faire sacrer : Henri VI car il est trop jeune, et Charles VII car Reims est aux mains des Bourguignons !

 1426 à 1440 42 : Formation de l'empire Aztèque.
Haut de pageLes drames de Montereau et TroyesCharles VII le victorieuxpas de page suivante
Tour de l'horloge

A l'arrivée de Jeanne d'Arc à Chinon, Charles VII n'est qu'un roitelet détenant un tiers de la France, et qui risque de perdre avec Orléans la barrière de la Loire. L'année de Jeanne d'Arc marque le tournant de la guerre : Orléans est sauvée puis Reims prise.

 8 mai 1429 43 : L'Anglais Talbot lève le siège d'Orléans. Jeanne d'Arc a sauvé la ville.
 17 juillet 1429 44 : Charles VII est sacré roi de France à Reims.
Maison de Jeanne d'Arc

Après le sacre, Jeanne échoue devant Paris et est capturée par les Bourguignons devant Compiègne. Les Bourguignons vendent Jeanne d'Arc aux Anglais. Jean de Bedford la fait juger par un tribunal ecclésiastique présidé par l'odieux Pierre Cauchon et la fait brûler à Rouen.

 30 mai 1431 45 : Jeanne d'Arc est brûlée vive à Rouen.
Place du vieux marché - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de F. Reynes
 1431 46 : En Asie du sud-est, le Siam conquiert Angkor et achève la désintégration du royaume khmer.
Charles VII le victorieux
Haut de pageJeanne d'Arcpas de paragraphe suivantpas de page suivante
Notre Dame de Paris - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de R. Lung
 16 decembre 1431 47 : Henri VI d'Angleterre est sacre roi de France dans Notre Dame de Paris sous les acclamations des parisiens.

La suite de la reconquête sera beaucoup plus lente. Un renversement d'alliance ramène les Bourguignons dans le camp du roi Charles VII.

 21 septembre 1435 48 : Traité d'Arras entre Charles VII et Philippe le bon = Fin du conflit entre Armagnacs et Bourguignons.
C'est à cette époque que se déroule l'action de la bande dessinée «Jhen».

Peu à peu, toute la France est reconquise (y compris la Normandie et la Guyenne) sauf Calais.

 13 avril 1436 49 : Libération de Paris.
 18 mars 1438 50 : Avec Albert II, les Habsbourgs prennent le contrôle du Saint Empire.
 1438 51 : Pachacuti lance les Incas à la conquête d'un vaste empire dans les Andes.
 1440 52 : Jean Gensfleisch (dit Gutenberg) découvre la typographie mobile (l'imprimerie) à Strasbourg.
 1445 53 : Des navigateurs portugais rentrent dans l'embouchure du fleuve Sénégal. Bientôt, un fructueux commerce commencera avec les royaumes d'Afrique de l'ouest.
Charles VII - Photo utilisée avec l'aimable autorisation du musée Jeanne d'Arc de Rouen
Constantin Paléologue
 10 novembre 1449 54 : Charles VII rentre dans Rouen libérée, 20 ans après Orléans. C'est alors la 3ième ville du royaume après Paris et Lyon.
 29 mai 1453 55 : Chute de Constantinople prise par les Ottomans qui en font leur capitale (Istanbul). Fin du Moyen Age.
 17 juillet 1453 56 : Victoire française à la bataille de Castillon. Les Anglais sont chassés de France (dernière bataille de la guerre de cent ans).
 1455 57 : Gutenberg imprime à Mayence le premier livre : la « Bible sur 42 lignes ».

Il ne reste plus que trois grands fiefs vassaux non intégrés à la couronne : Bretagne, Bourgogne et Bourbonnais.

France après la guerre de cent ans
La France après la guerre de cent ans
Sources des dates citées dans cette page :
 - 1 (29 mai 1328) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 31
 - 2 (1336) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 94
 - 3 (1336) : d'après "le Monde au Moyen Age" de B. Merdrignac et P. Mérienne p 83
 - 4 (6 fevrier 1340) :  d'après "la guerre de cent ans" de J. Favier, p 93
 - 5 (24 juin 1340) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome II, p 862
 - 6 (26 août 1346) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 103
 - 7 (3 août 1347) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome II, p 862
 - 8 (1347 à 1348) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 92
 - 9 (vers 1350) : d'après le site "Larousse.fr" article
 - 10 (22 août 1350) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 103
 - 11 (5 avril 1356) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome II, p 862
 - 12 (19 septembre 1356) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 105
 - 13 (10 janvier 1356) : d'après Wikipédia éphéméride
 - 14 (8 mai 1360) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 105
 - 15 (1360 à 1405) : d'après "atlas historique" de la Librairie Académique Perrin p 175
 - 16 (8 avril 1364) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 105
 - 17 (19 mai 1364) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 109
 - 18 (16 mai 1364) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome II, p 863
 - 19 (1368) : d'après "le Monde au Moyen Age" de B. Merdrignac et P. Mérienne p 83
 - 20 (2 octobre 1370) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome VI, p 180
 - 21 (21 juin 1377) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 34
 - 22 (20 septembre 1378) : d'après "les 2000 dates qui ont fait la France" p 29
 - 23 (13 juillet 1380) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 35
 - 24 (8 septembre 1380) : d'après le site "Encyclopaedia Britannica" article
 - 25 (16 septembre 1380) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 110
 - 26 (5 août 1392) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome II, p 863
 - 27 (1398) : d'après "le Monde au Moyen Age" de B. Merdrignac et P. Mérienne p 83
 - 28 (1405 à 1433) : d'après Wikipédia article
 - 29 (1406) : d'après le site "Encyclopaedia Universalis" article
 - 30 (15 juillet 1410) : d'après le site "Encyclopaedia Britannica" article
 - 31 (6 juillet 1415) : d'après le site "Encyclopaedia Britannica" biographie
 - 32 (25 octobre 1415) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 111
 - 33 (1417) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 101
 - 34 (1417) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 98
 - 35 (11 novembre 1417) : d'après le site du Saint Siège  biographie de Martin V
 - 36 (29 mai 1418) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome II, p 863
 - 37 (10 septembre 1419) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 112
 - 38 (1419 à 1436) : d'après le site "histoire de l'Europe et de la Méditerranée" (rechercher 1419)
 - 39 (25 mai 1420) : d'après Wikipédia biographie
 - 40 (21 mai 1420) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 112
 - 41 (31 août 1422) : d'après "les 2000 dates qui ont fait la France" p 34
 - 42 (1426 à 1440) : d'après "le Monde au Moyen Age" de B. Merdrignac et P. Mérienne p 115
 - 43 (8 mai 1429) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome II, p 863
 - 44 (17 juillet 1429) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 37
 - 45 (30 mai 1431) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 37
 - 46 (1431) : d'après le site "Larousse.fr" article
 - 47 (16 decembre 1431) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome II, p 863
 - 48 (21 septembre 1435) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome III, p 204
 - 49 (13 avril 1436) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 116
 - 50 (18 mars 1438) : d'après le site "histoire de l'Europe et de la Méditerranée" (rechercher 1438)
 - 51 (1438) :  d'après "Lifelines in World History", p 202
 - 52 (1440) :  d'après "Croisière sur le Rhin", carnet de voyage petit futé, p 18
 - 53 (1445) : d'après le site "Larousse.fr" article
 - 54 (10 novembre 1449) :  d'après "la Grande Encyclopédie Larousse", tome 11 p 6040, visible sur Gallica
 - 55 (29 mai 1453) : d'après "atlas historique" de la Librairie Académique Perrin p 203
 - 56 (17 juillet 1453) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 39
 - 57 (1455) :  d'après "Croisière sur le Rhin", carnet de voyage petit futé, p 19
Haut de Page
  Plan  |  Nouveautés  |  Index  |  Ressources  |  Contacts  |  Remerciements  |  Avertissement  |  Droits  |  Légendes  |  Sources  

© 2000-2017 : N. HIS - Site HIStoire  [ Dernière mise à jour : 20 avril 2017 ]

Page précédente : les rois maudits
Niveau supérieur : le Moyen-Age
Pas de page suivante