la monarchie absolue
Page précédente : les guerres de religion
Niveau supérieur : les temps modernes
Pas de page suivante
Limites de la période
Début : 13 avril 1598 = Edit de Nantes : Liberté de culte pour les Protestants. Fin des guerres de religion
Fin : 1789 = Révolution française
Résumé

Les Bourbons-Vendôme viennent de succéder aux Valois et de mettre fin aux guerres de religion. Leurs règnes se caractérisent par la mise en place et l'apogée de la monarchie absolue, c'est-à-dire un gouvernement autocratique du roi qui concentre sur sa personne tous les pouvoirs (exécutif, législatif, judiciaire, fiscal et militaire). Après les derniers troubles de la Fronde, les Grands seront muselés et réduits à la conditions de courtisans. Les Etats Généraux ne seront plus réunis et les Parlements deviendront de simples chambres d'enregistrement... Louis XIV est lucide quand il lance « l'Etat, c'est moi ».

Le règne d'Henri IV est marqué par un redressement rapide et impressionant d'une France ruinée par les guerres de religion. Sous le règne de Louis XIII, efficacement complété par Richelieu, la traditionnelle opposition entre France et Habsbourgs (d'Autriche et d'Espagne) se remet en place. Avec le belliqueux Louis XIV, l'Europe s'embrase à nouveau. Les seuls points positifs de ce long règne sont la mise au pas définitive de la Noblesse et l'avénement d'un roi Bourbon sur le trône d'Espagne... mais la France est ruinée par une suite de guerres au dessus de ses forces. Sous Louis XV, c'est le même enchaînement de guerres (Frédéric II de Prusse ayant remplacé Louis XIV dans le rôle du boute-guerre), qui aboutit à un royaume tout aussi ruiné. Avec Louis XVI, la France réussit à se tenir en dehors des conflits du vieux continent, ne s'impliquant que dans la guerre d'indépendance des Etats Unis. Des réformes sont tentées, mais trop frileuses à cause de la faiblesse du roi vis à vis de la Noblesse qui craint la concurrence de la Bourgeoisie. Bientôt, le contrôle de la situation échappera à ces castes de priviliégiés, et ce sera la sanglante tourmente de la Révolution...

Pages liées  
lien vers une page de sites associés à cette page
lien vers une page de livres associés à cette page
lien vers une page de films associés à cette page
Henri IV le Grand
Haut de pagepas de paragraphe précédentLouis XIII le Justepas de page suivante
Statue d'Henri IV - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de F. Reynes

Avec la fin des guerres de religion et le traité de Vervins, les paix intérieure et extérieure sont enfin retrouvées. Henri IV s'appuie à la fois sur les catholiques et les protestants. Le redressement du royaume est spectaculaire. L'influence de Maximilien de Béthune, duc de Sully, est bien connue.

 juin 1598 1 : Sully devient surintendant des finances.

Le rétablissement des infrastructures de communication (routes, ponts et canaux) favorise la reprise de l'économie et des échanges.

Après son divorce d'avec la reine Margot, Henri IV a épousé Marie de Médicis, nièce du grand duc de Toscane. Elle sera la mère de Louis XIII et de Gaston d'Orléans.

 1599 2 : Annulation du mariage d'Henri IV et de la reine Marguerite de Valois.
 17 decembre 1600 3 : Mariage d'Henri IV avec Marie de Médicis.
 1605 à 1615 4 : Cervantès écrit Don Quichotte de la Manche.
Cervantes - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de N. Prigent
Cathédrale de Luçon

Après la mort sans enfants de sa soeur Marguerite, Henri IV réunit le dernier fief féodal (qu'il possédait en tant que duc de Bourbon) au domaine royal. C'est la fin de la Féodalité.

 17 avril 1607 5 : Richelieu est sacré évêque de Luçon.
 juillet 1607 6 : Rattachement du duché de Bourbon à la couronne. Fin de la Féodalité.
 3 juillet 1608 7 : Champlain fonde Québec.

La disparition de la Féodalité permet à Henri IV (qui est de plus de caractère autoritaire) de donner à la monarchie une nouvelle orientation : désormais, les pouvoirs seront de plus en plus concentrés dans la personne du roi, avec de moins en moins de contre-pouvoirs efficaces. C'est le début de la monarchie absolue.

Malgré la paix religieuse et l'habile politique d'équilibre entre catholiques et protestants menée par le roi, les cicatrices de guerres de religion restent vives.

 14 mai 1610 8 : Assassinat d'Henri IV par Ravaillac. Avenement de Louis XIII. Régence de Marie de Médicis.

Le jeune Louis XIII n'a que 9 ans, sa mère Marie de Médicis se fait confier la régence.

Statue d'Henri IV - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de F. Reynes
Louis XIII le Juste
Haut de pageHenri IV le GrandSous l'influence de Marie de Médicispas de page suivante
Sous l'influence de Marie de Médicis
Haut de pageLouis XIII le JusteLouis XIII face aux Protestantspas de page suivante

Pendant toute la minorité de Louis XIII, sa mère Marie de Médicis assure une régence désastreuse, secondée par le couple Concini (Concino Concini et son épouse Léonora Galigaï).

Monogramme de Marie de Médicis
 12 juillet 1610 9 : Concini entre au conseil des Finances.
 26 janvier 1611 10 : Démission de Sully.
 19 novembre 1612 11 : Concini devient maréchal de France.
 2 octobre 1614 12 : Majorité de Louis XIII. Fin officielle de la régence de Marie de Médicis.

En pratique, la reine mère gouverne cependant toujours, flanquées des Concini. Marie de Médicis mène une politique pro-espagnole qui culmine avec le mariage de Louis XIII avec l'infante d'Espagne Anne d'Autriche (« d'Autriche » car Habsbourg...).

 27 octobre 1614 13 : Dernière réunion (vaine) des Etats Généraux avant 1789.
 novembre 1615 14 : Une partie des protestants se révolte.
 28 novembre 1615 15 : Mariage du roi Louis XIII avec Anne d'Autriche.
Marie de Médicis

Louis XIII finit enfin par se débarasser de la tutelle de son encombrante mère et de ses séides Concini.

 24 avril 1617 16 : Assassinat de Concini, avec l'accord du roi. Marie de Médicis est écartée des affaires.
C'est à cette époque que se déroulent les actions des bandes dessinées «les 7 vies de l'epervier» et «Masquerouge»
Plaza Mayor de Madrid - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de N. Prigent

Richelieu, alors créature de Marie de Médicis, suit la reine mère en disgrâce.

 8 juillet 1617 17 : Execution de Léonora Galigaï, femme de Concini.
 1617 à 1620 18 : Réalisation à Madrid de la Plaza Mayor.
Louis XIII face aux Protestants
Haut de pageSous l'influence de Marie de MédicisLouis XIII et Richelieupas de page suivante

Débarrassé de la tutelle de sa mère, Louis XIII règne d'abord en collaboration avec Luynes, aussi médiocre gestionnaire que la reine mère.

 1620 19 : Début de construction de la Westerkerk d'Amsterdam.
 15 decembre 1621 20 : Mort de Luynes.
 15 janvier 1622 21 : Naissance de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, à Paris.
 5 septembre 1622 22 : Richelieu est créé cardinal.
Westerkerk d'Amsterdam - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de N. Prigent
Louis XIII
 1621 à 1629 23 : Révolte des Protestants.
 18 octobre 1622 24 : Edit de Montpellier : modification de l'édit de Nantes.

  • Extension de la liberté d'exercice de culte des Protestants.
  • Diminution du nombre de leur places de sûreté à deux (La Rochelle et Montauban).

Si les droits des Protestants sont renforcés, ils en sortent affaiblis politiquement.

Richelieu revient en grâce. La reine mère ne lui pardonnera jamais d'avoir abandonné son parti. Elle cherchera dès lors à lui nuire par tous les moyens.

 29 avril 1624 25 : Richelieu entre au conseil du roi.
 1624 26 : Louis XIII fait construire un pavillon de chasse à Versailles.
Jean Guiton
 6 fevrier 1626 27 : Edit contre les duels.
 septembre 1627 à 28 octobre 1628 28 : Siège de La Rochelle.
 28 juin 1629 29 : Edit de grâce d'Alès : confirme les libertés religieuses, mais supprime les places de sûreté des Protestants.
Blason de La Rochelle

Après l'édit d'Alès, la cour et le pays sont partagés en deux partis :

Le parti «dévot» (Marie de Médicis, Anne d'Autriche et Gaston d'Orléans) : Parti farouchement anti-protestant et partisan d'une alliance avec les Habsbourgs pour éradiquer l'hérésie.

Le parti des « bons français » (Richelieu, tout cardinal qu'il soit) : Parti qui refuse l'ingérence des questions religieuses dans les affaires de l'Etat et qui considère que les Habsbourgs sont beaucoup plus dangereux pour la France que les Protestants.

Louis XIII et Richelieu
Haut de pageLouis XIII face aux ProtestantsMazarin face à la Frondepas de page suivante
 21 novembre 1629 30 : Richelieu devient le principal ministre de Louis XIII.

Marie de Médicis tente, lors de la journée des dupes, d'évincer Richelieu. La manoeuvre se retourne contre elle, et c'est elle qui perd toute influence. Le parti dévot a perdu, la collaboration entre Louis XIII et Richelieu est renforcée.

 10 novembre 1630 31 : Journée des Dupes.

Le cardinal sera le meilleur soutien du roi (premier ministre jusqu'à la fin du règne) qui souffrira des complots et trahisons perpétuels de sa mère, sa femme (la reine des 3 mousquetaires) et de son frère Gaston d'Orléans.

C'est sous le règne de Louis XIII que se déroulent les actions des «3 mousquetaires» et de «Cyrano de Bergerac»
Tâdj Mahall - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de C. Bourgade

Le redressement de la France amorcé sous Henri IV se poursuit.

 30 mai 1631 32 : Théophraste Renaudot crée le premier journal : la Gazette (qui paraîtra jusqu'en 1914).
 1631 à 1643 (ou 1644) 33 : En Inde, l'empereur Châh Djahân fait construire le Tâdj Mahall.
 1631 34 : Louis XIII fait construire un petit château à Versailles à la place du pavillon de chasse.

L'inépuisable Gaston d'Orléans continue ses complots.

 1631 et 1632 35 : Rebellion de Gaston d'Orléans et de Montmorency.
 29 janvier 1635 36 : Fondation de l'Académie Française, officialisée par lettres patentes de Louis XIII.
 1635 à 1638 37 : Gaston d'Orléans, exilé à Blois, fait construire une nouvelle aile au château.
Aile Gaston d'Orléans
Corneille
 janvier 1637 38 : Première représentation du Cid de Corneille.
 1635 à 1648 39 : La France participe à la Guerre de 30 ans.

Cette guerre est initialement un conflit religieux interne à l’Allemagne, et finit en guerre européenne. Elle se terminera pour la France avec le traité de Westphalie sous Louis XIV.

 16 decembre 1641 40 : Mazarin est créé cardinal.
 22 decembre 1641 41 : Mort de Maximilien de Béthune dit Sully.
 4 decembre 1642 42 : Mort de Richelieu.

Sur son lit de mort, le cardinal recommande Mazarin au roi. Louis XIII suit de près son fidèle ministre dans la tombe.

 14 mai 1643 43 : Mort de Louis XIII. Avenement de Louis XIV.
Statue de Richelieu
Mazarin face à la Fronde
Haut de pageLouis XIII et RichelieuLouis XIV, roi soleilpas de page suivante
Mazarin

Le règne de Louis XIV, enfant roi de 5 ans, commence par la régence de sa mère Anne d'Autriche, secondée par le cardinal de Mazarin. Ce dernier est un diplomate de génie, mais un piètre gestionnaire financier. La régence sera donc caracterisée par des succès éclatants dans nos relations diplomatiques (traité de Westphalie et des Pyrénées) et une situation intérieure catastrophique (la Fronde) qui frise la guerre civile.

 3 avril 1644 44 : L'empereur de Chine Tchouang-lie-ti se suicide. Fin de la dynastie Ming en Chine, remplacée par la dynastie Mandchoue des Qing.

Durant 5 ans, les Frondes vont se succéder et mettre la France en ébullition :

  • Fronde parlementaire
  • Fronde des princes
  • Union de la Fronde parlementaire et de la Fronde des princes
  • Fronde de Condé

 1648 45 : Fronde parlementaire.
 30 janvier 1648 46 : Traité de Münster : l'Espagne reconnait l'ndépendance des Provinces Unies au traité de Munster (un des traités de Westphalie).
 24 octobre 1648 47 : Traités de Westphalie : la France sort de la guerre de 30 ans en gagnant les 3 évêchés et la plus grosse partie de l'Alsace.
 30 janvier 1649 48 : Le roi d'Angleterre Charles Ier est condamné à mort par le Parlement, et décapité à Whitehall.
Charles Ier d'Angleterre - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de P. Davodeau
 1649 à 1650 49 : Fronde des princes.
 janvier 1651 50 : Union des deux Frondes (parlementaires et princes).

Cette union est contre nature : les parlementaires veulent une monarchie parlementaire et l'abaissement autant des Grands que du roi ; les princes sont partisans d'une «monarchie féodale», avec abaissement des pouvoirs des parlements et du roi. Ces deux partis antagonistes sont cependant soudés par leur ennemi commun : l'absolutisme royal.

Olivier Cromwell - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de P. Davodeau
 1651 à 1653 51 : Fronde de Condé.
 3 fevrier 1653 52 : Retour définitif de Mazarin après la Fronde.
 3 août 1653 53 : Soumission de Bordeaux. Fin de la Fronde.
 16 decembre 1653 54 : Olivier Cromwell devient lord-protecteur d'Angleterre, d'Ecosse et d'Irlande.

Le jeune Louis XIV a dès lors compris que s'il veut installer la monarchie absolue, il lui faut museler et les parlementaires (le Parlement perdra bientôt tout pouvoir et ne sera plus qu'une simple chambre d'enregistrement des lois) et les nobles (qu'il domestiquera avec beaucoup d'habileté, les changeant en courtisans n'aspirant plus qu'à plaire et flatter).

La Fronde terminée, les succès exterieurs continuent de s'accumuler.

 5 avril 1654 55 : Traité de Westminster d'amitié franco-anglais (avec Olivier Cromwell), qui devient alliance offensive.
 7 juin 1654 56 : Sacre de Louis XIV.
 7 novembre 1659 57 : Traité des Pyrénées : Paix avec l'Espagne et décision du mariage de Louis XIV avec l'infante Marie Thérèse.

Lors de son mariage, Marie Thérèse renonce à tous droits sur la couronne d'Espagne, car personne en Europe ne veut voir le même roi régner à Paris et à Madrid.

Cathédrale de Reims
 25 mai 1659 58 : Richard Cromwell (fils d'Olivier Cromwell) demissionne. La voie est ouverte à la Restauration de la monarchie anglaise en 1660 avec l'accession de Charles II au trône.
 9 mars 1661 59 : Mort de Mazarin. Début du règne personnel de Louis XIV.
Louis XIV, roi soleil
Haut de pageMazarin face à la FrondeDébut du règne personnelpas de page suivante
Statue de Louis XIV

Louis XIV veut un règne de prestige et de gloire. Il veut une France grande, quel qu'en soit le prix. Son arrogance et ses provocations font que le règne ne sera qu'une suite de guerres contre l'Europe entière :

  • Guerre de Dévolution
  • Guerre en Hollande
  • Guerre contre la ligue d'Augsbourg
  • Guerre de succession d'Espagne

La France tient tête à l'Europe, mais à quel prix! Le règne se solde par une modeste augmentation du territoire... et un pays ruiné.

Début du règne personnel
Haut de pageLouis XIV, roi soleilVersailles : symbole et cage doréepas de page suivante

Louis XIV prend le pouvoir en main et décide qu'il ne prendra pas de premier ministre. C'est le triomphe de la monarchie absolue.

 10 mars 1661 60 : Louis XIV annonce son intention de regner seul.

Le roi abat le riche et puissant surintendant des finances Nicolas Fouquet.

 13 avril 1661 61 : Condamnation du Jansénisme par arrété royal.
 5 septembre 1661 62 : Arrestation de Fouquet à Nantes par d'Artagnan sur ordre de Louis XIV.
 2 janvier 1664 63 : Colbert est nommé surintendant des bâtiments, arts et manufactures.

Un procès est organisé ; Fouquet, qui est un grand orateur et un juriste de talent, sauve sa tête et gagne l'exil. Louis XIV use de son droit de «grâce» pour commuer la peine en détention perpétuelle : c'est la seule fois de l'Histoire qu'on aura le cynisme d'user d'un droit de grâce pour aggraver une peine !

 20 decembre 1664 64 : Fouquet est condamné à la prison à vie.
 1665 65 : Londres est ravagée par la Peste.
 2 au 5 septembre 1666 66 : Londres est ravagée par un incendie.

Nonobstant le renoncement de Marie Thérèse à ses droits sur l'Espagne, Louis XIV réclame les Pays Bas en héritage du roi d'Espagne Philippe IV, en vertu d'une particularité du droit flamand (la «dévolution»). C'est la guerre.

 1667 à 1668 67 : Guerre de Dévolution.
 1668 68 : Début des grands travaux décidés par Louis XIV au château de Versailles.
 31 mars 1668 69 : Parution des "fables choisies et mises en vers" de La Fontaine, dédiées au Grand Dauphin.
 9 septembre 1668 70 : Première representation de l'Avare de Molière.
le Waag - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de N. Prigent
 2 mai 1668 71 : Traité d'Aix la Chapelle, fin de la guerre de Dévolution.

La France s'est épuisée dans une guerre contre l'Espagne (et a épuisé l'Espagne, ce dont on reparlera pour la guerre de succession d'Espagne) pour ne gagner qu'une partie des Flandres. Elle a surtout inquiété l'Europe sur les intentions de ce jeune roi belliqueux.

Statue de Louis XIV

Louis XIV décide d'attaquer ensuite la Hollande pour éliminer la concurrence commerciale hollandaise, principalement la marine marchande.

 juin 1672 72 : Invasion de la Hollande. Echec suite à l'inondation du pays par les Hollandais qui ont ouvert leurs écluses.

La guerre est menée en dépit du bon sens (on perd un temps précieux à assiéger des villes sans intérêt stratégique pour permettre au roi d'y faire une entrée glorieuse de César romain...) et se termine en échec quand les Hollandais ouvrent leurs écluses et inondent leur pays. Le seul résultat aura été de changer le stathouder (chef hollandais) Guillaume d'Orange en ennemi mortel de la France, puis de le pousser sur le trône d'Angleterre (sous le nom de Guillaume III).

 17 fevrier 1673 73 : Mort de Molière.
 1673 à 1693 74 : Conflit avec la Papauté.
 10 août et 17 septembre 1678 et 5 février 1679 75 : Traités de Nimègue : la France gagne la Franche Comté, le Cambrésis et des villes flamandes.
Molière
France de Nimègue
La France des traités de Nimègue

La France a donc gagné quelques territoires, une place d'arbitre en Europe... et un ennemi mortel sur le trône d'Angleterre. Le jeune boute-guerre ne pourra plus aller durablement plus loin. Toutes les autres guerres aboutiront inexorablement... aux frontières de Nimègue.

 1679 76 : Affaire des Poisons.
 1681 77 : Le canal du Midi est terminé.
 30 septembre 1681 78 : Réunion de la ville de Strasbourg à la France.
 6 avril 1682 79 : Le français Cavelier de la Salle découvre le delta du Mississipi.
Petite France
Versailles : symbole et cage dorée
Haut de pageDébut du règne personnelTant de guerres desastreuses!pas de page suivante

Louis XIV est bien sur le roi de Versailles. Le palais somptueux de Versailles est à la fois un symbole, un refuge et un instrument de gouvernement :

  • C'est d'abord un symbole car il montre à la face du monde la magnificence du roi de France (le sage a dit «l'homme construit sa maison à la mesure de son ambition») qui trouve, dans un pays en guerre avec tous ses voisins, les ressources pour construire une telle merveille.
  • C'est aussi un refuge, car éloigné de Paris, il n'est plus à la merci des soulèvements de la rue qui ont mis en péril tant de rois (Philippe le Bel, Charles V quand il était régent, Henri III... et même Louis XIV enfant pendant la Fronde!). Les Révolutionnaires de 1789 ne s'y tromperont pas quand ils ramèneront la famille royale «à portée de main» à Paris.
  • C'est enfin un instrument de pouvoir car le palais devenant siège du gouvernement, on n'existe politiquement que si l'on se montre à Versailles. Le château deviendra ainsi une prison dorée pour les Grands qui seront définitivement muselés. Réduits à l'état de courtisans, ils ne se disputeront plus désormais que pour le privilège de tenir la robe de chambre du roi! Jamais plus ils ne défieront l'autorité royale ; la Fronde aura été leur dernier sursaut.

Façade coté jardins - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de F. Reynes
 6 mai 1682 80 : Louis XIV fait de Versailles la résidence officielle de la Cour et le siège du gouvernement.

En un sens, Versailles est un coup de maître, car il résoud le problème des rebellions des Grands, qui empoisonnent la vie du royaume depuis les Carolingiens.

Vue du château de Versailles

Il a cependant un effet nefaste que le Roi Soleil n'a pas aperçu : tout ce beau monde, et en particulier le roi, va désormais vivre en vase clos, dans un univers fermé et doré (qu'ils prendront l'habitude de dénomer «ce Pays-ci», par opposition au reste de la France, c'est-à-dire la roture) et perdront le contact avec le peuple, la base et la réalité du monde. C'était pourtant une des grandes forces des Capétiens : sans être familiers, de nombreux rois ont aimé se mêler au peuple pour «prendre la température» et connaître directement l'opinion de l'homme de la rue. Certains exemples sont célèbres et sont même devenus des images d'Epinal : Saint Louis rendant la justice sous son chêne, Philippe le Bel se promenant dans les rues de Paris, Louis XI ou Henri IV se mêlant volontiers au commun des mortels.

Avec Versailles, c'est fini. Le roi devient à son tour prisonnier de la cage dorée qu'il a forgé pour lesGrands. Le roi, maître incontesté d'un monde de courtisans, ne gouverne plus que d'après les informations indirectes de son administration. La Noblesse, jadis classe combattante censée protéger le reste de la société, n'est plus qu'une caste parasite et inutile, vivant du labeur des autres dans un monde de luxe étourdissant, et sourde aux réalités de «ce Pays-là». Et quand la coupe débordera, ce sera la Révolution.

Galerie des glaces

Sous Louis XIV, les arts sont florissants et sous mécénat (avant la lettre) royal. Ils sont ainsi à la complète dévotion du roi. C'est l'époque des grands Classiques : Molière, Racine et Corneille.

Tant de guerres desastreuses!
Haut de pageVersailles : symbole et cage doréeLa Régencepas de page suivante

Louis XIV veut une France unifiée voire uniforme. Le particularisme religieux n'a pas place dans son Etat où le roi a également la main mise sur l'Eglise catholique : les protestants doivent disparaître (par convertion, par exil... ou physiquement).

 18 octobre 1685 81 : Edit de Fontainebleau = Révocation de l'Edit de Nantes.

Les protestants sont persécutés au cours Dragonnades, tellement acharnées et cruelles que même le Pape (pourtant bénéficiaire de toute lutte contre le Protestantisme) s'en indigne. Après le bain de sang et les exils massifs, la France a perdu une partie de ses élites.

Louis XIV - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum

Alarmés par le comportement agressif et les provocations du roi de France, tous nos voisins (sauf la Suisse) s'allient dans la «ligue d'Augsbourg». Les exigences de Louis XIV sur la succession de l'électeur de Cologne (affaire impériale qui ne regarde en rien la France) mettent le feu aux poudres.

Château d'Ussé
 1688 à 1697 82 : Guerre contre la Ligue d'Augsbourg.
 mars 1689 83 : Dévastation du Palatinat par les troupes françaises.
 1694 84 : La France subit la famine.
 1697 85 : Charles Perrault publie les contes de la mère l'Oye.
 20 septembre - 30 octobre 1697 86 : Traités de Ryswick : Renoncement à nos conquêtes, retour aux frontières de Nimègue.

Louis XIV peut être content : la France a été grande, elle a été glorieuse! Elle a résisté seule à l'Europe entière... Elle est surtout ruinée d'avoir supporté 9 ans de guerre pour se retrouver au même point : les frontières des traités de Nimègue.

Le roi d'Espagne Charles II est sans enfants. Comme c'est un Habsbourg, il y a à craindre que l'Espagne et son empire colonial reviennent aux Habsbourg d'Autriche. Le spectre de l'Empire de Charles Quint semble planer sur l'Europe. Pour éviter cela (aucun autre pays d'Europe n'a envie de revoir l'archiduc d'Autriche régner à Vienne et à Madrid), la France, l'Angleterre et les provinces Unies signent des traités de partage des possessions espagnoles à la mort de Charles II. Il manque deux signatures essentielles au bas de ces traités : celle de l'empereur Léopold Ier... et celle du roi d'Espagne !

 11 octobre 1698 87 : Accords de La Haye entre la France et l'Angleterre à propos de la succession d'Espagne.
 13 mars 1700 88 : Traité de Londres redéfinissant la succession d'Espagne.

Coup de théâtre ! Charles II fait connaître ses dispositions testamentaires : l'Espagne et ses possessions iront à Philippe d'Anjou (petit-fils de Louis XIV) avec interdiction de paratager. En cas de refus de la succession, tout ira à l'archiduc d'Autriche Charles.

 2 octobre 1700 89 : Charles II d'Espagne fait connaitre son testament.

On peut dire que le vieux roi d'Espagne s'y entendait pour semer la pagaille! Louis XIV est donc devant le dilème suivant :

  • ou bien accepter la succession et donc rompre le traité de partage, ce qui entraînerait une guerre européenne (personne n'a non plus envie de voir le même roi à Madrid et à Paris) que l'Espagne et la France (qui se sont fort intelligemment saignées l'une et l'autre dans la guerre de Dévolution) ne sont plus vraiment en état de soutenir.
  • ou bien la refuser, et se retrouver dans la situation de François Ier et Henri II face à un nouveau Charles Quint, c'est-à-dire face à une Europe autrichienne qui croquera sans problème une France exangue.

Statue de Louis XIV
 16 novembre 1700 90 : Louis XIV accepte la succession d'Espagne au nom de son petit-fils Philippe d'Anjou.

Louis XIV accepte la succession : son petit-fils règnera sur l'Espagne, les Bourbons y remplacent les Habsbourgs. Aussitôt l'Europe se coalise en la Grande Alliance de La Haye : Autriche, Angleterre, Provinces Unies, Danemark, Savoie, Portugal et la plupart des princes allemands.

 mai - juin 1702 91 : La Grande Alliance de La Haye déclare la guerre à la France, l'Espagne et la Bavière.

L'Espagne est épuisée, la France devra se battre seule pendant une décennie.

 4 août 1704 92 : Prise de Gibraltar par les Anglais.

L'empereur Joseph Ier meurt sans enfants lui non plus. La couronne du Saint Empire revient à l'archiduc Charles qui devient Charles VI. Les données du problème changent : le risque de reformation de l'Empire de Charles Quint à très court terme fait peur. La Grande Alliance se disloque.

 14 fevrier 1707 93 : Le "Projet d'une dîme royale" de Vauban est condamné par le conseil du roi. Disgrace de Vauban.
 30 mars 1707 94 : Mort de Vauban.
 1709 95 : La France subit une nouvelle famine.
 22 janvier 1710 96 : Arrêt du conseil d'Etat ordonnant la démolition de Port-Royal.
 avril - juin 1713 97 : Traité d'Utrecht : paix avec tous les alliés sauf l'Empire.
Vauban

Pour les signataires de la paix, les fortunes sont diverses :

  • La France sauve le principal, c'est-à-dire... les frontières de Nimègue! 12 ans de guerre de plus pour en revenir une nouvelle fois là. Elle obtient d'avoir un Bourbon sur le trône d'Espagne, mais perd Terre Neuve, l'Acadie et la baie d'Hudson.
  • L'Espagne, elle, est dépecée et n'est plus que le fantôme de celle de Philippe II : Philippe V (ancêtre de Juan Carlos) régnera sur la péninsule ibérique, mais l'empire colonial et les possessions européennes sont dispersées entre les alliés : l'Espagne ne s'en relevera pas.
  • L'Angleterre est devenue maîtresse du commerce international en même temps que première puissance coloniale.
  • L'électorat de Brandebourg devient le royaume de Prusse : une nouvelle puissance vient de naître en Europe, qui bientôt disputera aux Habsbourgs la suprématie en Allemagne.

 6 mars 1714 98 : Traité de Rastadt : paix avec l'Empire.
La Régence
Haut de pageTant de guerres desastreuses!Les héritiers de Louis XIVpas de page suivante
Les héritiers de Louis XIV
Haut de pageLa RégenceLa succession de Louis XIVpas de page suivante
 15 fevrier 1710 99 : Naissance du futur Louis XV.

A la fin de son règne, Louis XIV peut croire sa succession assurée : un fils, trois petits-fils, trois arrières-petit-fils.

Anne d'Autriche Reine de France (1601 à 1666)Anne d'Autriche Reine de France (1601 à 1666)
Louis XIII Roi de France (1601 à 1643)Louis XIII Roi de France (1601 à 1643)
Marie-Thérèse d'Autriche Reine de France (1638 à 1683)Marie-Thérèse d'Autriche Reine de France (1638 à 1683)
Louis XIV Roi de France (1638 à 1715)Louis XIV Roi de France (1638 à 1715)
Mme de Montespan (1640 à 1707)Mme de Montespan (1640 à 1707)
Philippe Ier Duc d'Orléans (1640 à 1701)Philippe Ier Duc d'Orléans (1640 à 1701)
la Palatine (1652 à 1722)la Palatine (1652 à 1722)
Marie Anne de Bavière (1660 à 1690)Marie Anne de Bavière (1660 à 1690)
Louis de France le grand Dauphin (1661 à 1711)Louis de France le grand Dauphin (1661 à 1711)
Françoise Marie Fille légitimée (1677 à 1749)Françoise Marie Fille légitimée (1677 à 1749)
Philippe II Régent (1674 à 1723)Philippe II Régent (1674 à 1723)
Louis de France Duc de Bourgogne (1682 à 1712)Louis de France Duc de Bourgogne (1682 à 1712)
Marie Adélaïde de Savoie (1685 à 1712)Marie Adélaïde de Savoie (1685 à 1712)
Philippe V Roi d'Espagne (1683 à 1746)Philippe V Roi d'Espagne (1683 à 1746)
Charles de France Duc de Berry (1686 à 1714)Charles de France Duc de Berry (1686 à 1714)
Louis XV Roi de France (1710 à 1774)Louis XV Roi de France (1710 à 1774)

En deux ans, il va presque tous les voir mourir par les efforts conjugués de la maladie et des médecins.

Louis de Bourgogne
 14 avril 1711 100 : Mort du Grand Dauphin Louis, fils de Louis XIV.

Tout d'abord le Grand Dauphin meurt de la petite vérole. Le roi prend en main la formation de son petit-fils Louis, duc de Bourgogne et nouveau Dauphin. Le jeune homme est prometteur, et il a été formé auparavant par le grand Fénelon. C'est le petit-fils préféré du vieux roi.

Le Dauphin Louis est marié à Marie Adélaïde de Savoie, dont il est éperdument amoureux. Quand la Dauphine meurt d'une pneumonie, il se laisse mourir de chagrin et la suit dans la tombe au bout d'une semaine.

 12 fevrier 1712 101 : Mort de Marie Adélaïde de Savoie, mère de Louis XV.
 18 fevrier 1712 102 : Mort du Dauphin Louis, duc de Bourgogne et petit fils de Louis XIV.

Ce drame ébranle le vieux roi. Le Dauphin a eu trois fils. Le premier est mort, les deux autres sont en bas âge. Ils attrapent la rougeole. On les baptise en catastrophe, leur donnant à tous deux le prénom Louis "au cas où". Si les deux enfant trépassent, le plus proche héritier est le roi d'Espagne, on force donc Philippe V à renoncer à ses droits sur la couronne. Il y consent du bout des lèvres. S'adressant à son dernier petit-fils (Charles de Berry), Louis XIV lance « il ne me reste plus que vous ! ».

On appelle les médecins à la rescousse. Ces braves gens auscultent, saignent, diagnostiquent, resaignent, bref en un mot achèvent. Les efforts conjugués des praticiens et de la maladie viennent à bout du premier enfant.

 8 mars 1712 103 : Mort du duc de Bretagne, arrière petit fils de Louis XIV.

La nourrice du dernier arrière petit-fils en vie arrache son protégé aux médecins. C'est à elle que le futur Louis XV doit la vie. Cependant, nul ne croit à la guérison de l'enfant.

 4 mai 1714 104 : Mort de Charles de Berry dans un accident de chasse.

Quand le duc de Berry se tue dans un accident de chasse, les derniers espoirs de Louis XIV sont réduits à néant. Quand le vieux roi meurt, laissant un enfant moribond, c'est pour abandonner la Régence à son neveu Philippe d'Orléans (qu'il a toujours détesté) tandis que l'Europe attend une guerre de succession de France aussi meurtrière que celle d'Espagne.

 1er septembre 1715 105 : Mort de Louis XIV. Avenement de Louis XV.

Que serait-il advenu si l'enfant avait succombé? Les difficultés du début de la Régence laissent augurer le pire : une guerre de succession de France à la fois civile et étrangère avec de multiples partis... Le duc d'Orléans, héritier légal le plus proche ; le roi d'Espagne, héritier le plus légitime ; les fils légitimés de Louis XIV (fils des favorites)... et le reste de l'Europe qui s'en mèle en tentant de profiter de l'anarchie !

Heureusement, grâce à la persévérance et aux bons soins de sa nourrice, l'enfant chétif va guérir et survivre. Le soulagement est tel que le pauvre petit roi orphelin devient immédiatement « Louis XV le Bien Aimé ».

La succession de Louis XIV
Haut de pageLes héritiers de Louis XIV8 ans de Régencepas de page suivante

Le Roi Soleil, qui détestait son neveu d'Orléans, avait concocté un système de régence bien verrouillé, où le pouvoir de Philippe d'Orléans était fortement entravé par les fils légitimés. Le duc d'Orléans fait casser le testament de Louis XIV par le Parlement de Paris.

 2 septembre 1715 106 : Le Parlement casse le testament de Louis XIV (le lendemain de sa mort) en faveur de Philippe d'Orléans.

D'un côté il se donne ainsi les mains libres vis-à-vis des fils légitimés, mais d'un autre côté il se les lie lui-même vis-à-vis du Parlement auquel il a implicitement redonné un rôle politique. Les « robes rouges » relèvent le tête.

 15 septembre 1715 107 : Le Parlement retrouve son droit de Remontrance au souverain.
 15 septembre 1715 108 : Instauration de la Polysynodie = remplacement des ministres par des conseils.
8 ans de Régence
Haut de pageLa succession de Louis XIVLouis XVpas de page suivante
Philippe d'Orléans

Le royaume a été ruiné par le règne de Louis XIV. Le ministre John Law tente une audacieuse réforme avec l'introduction de la monnaie papier.

 1716 à 1720 109 : Réforme de Law. Tentative de monnaie papier.
 2 mai 1716 110 : Law autorise de créer une banque générale (qui sera bientôt banque royale).

Cette idée est trop en avance sur son temps. Elle suscite la spéculation et se termine par le premier krach de l'Histoire et en banqueroute pour le royaume.

 22 mars 1720 111 : Fermeture de la Bourse rue de Quincampoix.
 juin - juillet 1720 112 : Panique boursière. Emeute à Paris. Faillite du système de Law.
 12 decembre 1720 113 : Law fuit en Hollande.

L'Espagne, qui a tant été rabaissée lors de l'accession au trône de son roi Philippe V, veut prendre sa revanche et récupérer ses possessions européennes. Elle déclenche donc une guerre.

 1718 à 1720 114 : Guerre contre l'Espagne.

Les Espagnols fomentent une insurrection à Paris pour affaiblir le Régent. La France entre alors dans la guerre aux côtés de l'Angleterre, l'Empire et les Province Unies.

 20 janvier 1720 115 : Convention de Madrid: Philippe V renonce définitivement à ses droits sur la couronne de France.
 1721 116 : Montesquieu publie les Lettres Persanes sous couvert de l'anonymat et à Amsterdam.
 27 novembre 1721 117 : Exécution du bandit Cartouche.
 25 octobre 1722 118 : Sacre de Louis XV.
 16 fevrier 1723 119 : Louis XV est majeur.
 22 fevrier 1723 120 : La majorité de Louis XV est enregistrée par le Parlement.
 2 decembre 1723 121 : Mort de Philippe d'Orléans, ancien Régent.
Montesquieu
Louis XV
Haut de page8 ans de RégenceLe Bien Aimépas de page suivante

Le monde a changé. Tout se joue désormais à l'échelle de l'Europe : quand une guerre éclate quelque part, la machine infernale des alliances entraîne le vieux continent entier dans une guerre généralisée. Ce mécanisme de l'extension inexorable des conflits perdurera jusqu'à nos jours : quand le XXième siècle fera que tout se jouera à l'échelle du monde, les guerres deviendront mondiales.

Louis XV est d'un naturel pacifiste, mais il se retrouvera entraîné par ses alliances dans une série de guerres désastreuses où la France ne gagnera rien et perdra beaucoup. Deux états ont remplacé Louis XIV dans le rôle du boutte-guerre :

  • La Prusse qui est la puissance montante, et qui va bientôt disputer la suprématie en Allemagne à la toute puissante Autriche des Habsbourgs (ce qui se traduira par la lutte acharnée pour la Silésie).
  • L'Angleterre qui veut acquérir la suprématie définitive sur le commerce international, et en particulier sur les Indes et l'Amérique du Nord (donc au détriment de la France).

Ces deux conflits interagissent : l'Angleterre, en particulier, envenime du mieux qu'elle peut les relations européennes et le différent austro-prussien pour occuper et affaiblir la France. D'où la célèbre phrase d'un gouvernant anglais (j'ai oublié qui!) «Nous avons gagné le Canada en Silésie».

Une autre caracteristique du règne de Louis XV est une lutte sans fin avec les parlementaires à qui le Régent a si imprudemment redonné un rôle politique. L'administration royale est devenue trop complexe pour être dirigée par une seule personne, à plus forte raison un roi enfermé dans le microcosme irréel de Versailles. Il a manqué à Louis XV un premier ministre de génie pour le seconder... mais hélas pour la France : pas de Marigny, pas de Sully, pas de Richelieu, pas de Colbert... seulement Fleury et Choiseul. G. Bordonove résume ceci par «c'était un Louis XIII sans Richelieu».

Le Bien Aimé
Haut de pageLouis XVLe Bien Haïpas de page suivante
 5 septembre 1725 122 : Mariage de Louis XV avec Marie Lezczynska à Fontainebleau.
 11 juin 1726 123 : Début du ministère du cardinal de Fleury.

Le début du règne se fait sous la direction du cardinal de Fleury que le roi orphelin considère comme un père :

  • Redressement financier, essor de l'industrie
  • Rénovation des voies de communication, essor du commerce
  • Difficultés parlementaires et religieuses (jansénisme)

 23 janvier 1730 124 : Marivaux fait jouer pour la première fois les jeux de l'amour et du hasard.
 24 mars 1730 125 : Le droit de remontrance du Parlement est restreint.
 18 août 1732 126 : Le droit de remontrance du Parlement est restreint.

 1er fevrier 1733 127 : Mort du roi de Pologne Auguste II.
 12 septembre 1733 128 : Stanislas Lecsinski est proclamé roi de Pologne.
 5 octobre 1733 129 : Auguste de Saxe est proclamé roi de Pologne, en concurence avec Stanislas Lecsinski.

Cette affaire purement polonaise dégénère en guerre européenne. La France y rentre car un des deux compétiteurs est père de la reine.

 10 octobre 1733 130 : Louis XV déclare la guerre à l'Autriche.
 1733 à 1738 131 : Guerre de succession de Pologne.

L'affrontement oppose le camp de la France et de l'Espagne à celui de la Russie, l'Autriche et la Saxe.

 18 novembre 1738 132 : Traité de Vienne (à ne pas confondre avec le congrès de Vienne qui partagera l'Europe après la chute de Napoléon) = échanges de trônes. La France récupérera à terme la Lorraine.

 20 octobre 1740 133 : Mort de l'empereur Charles VI.

L'empereur Charles VI meurt. Une «pragmatique sanction» enterinée par l'Europe entière devait permettre à sa fille Marie-Thérèse de lui succéder. Une guerre de succession se déclenche néanmoins, qui sert avant tout les interêts de la Prusse (qui met la main sur la Silésie) et ceux de l'Angleterre (qui a les mains libres dans les colonies).

 16 decembre 1740 134 : La Prusse envahit la Silésie.
 1741 à 1748 135 : Guerre de succession d'Autriche.

Ce nouvel affrontement oppose la coalition France, Espagne, Bavière et Prusse à celle Autriche, Provinces Unies et Angleterre.

 29 janvier 1743 136 : Mort du cardinal de Fleury. Début du règne personnel de Louis XV.
 11 mai 1745 137 : Victoire de Fontenoy. C'est le fameux «Messieurs les Anglais tirez les premiers».

Le soir de Fontenoy, le roi emmène son fils (qui est le père du futur Louis XVI) sur le champ de bataille pour voir l'atroce enchevêtrement de cadavres. Il lui dit « Voyez ce que coûte une victoire! Le sang de nos ennemis reste le sang des hommes, la vraie gloire est de l'épargner ».

bataille de Fontenoy - Gravure extraite d'un manuel scolaire de 1940
 1748 138 : Montesquieu publie l'esprit des lois.
 18 octobre 1748 139 : Traité d'Aix la Chapelle : la grande gagnante de la guerre de succession d'Autriche est la Prusse.
Le Bien Haï
Haut de pageLe Bien AiméA suivrepas de page suivante
Louis XV

Les tensions persistent en Europe :

  • rivalité entre la France et l'Angleterre pour le commerce maritime et la possession des colonies.
  • rivalité entre la Prusse et l'Autriche pour la possesson de la Silésie et l'hégémonie en Allemagne.

 1755 140 : Rousseau publie le discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité.

Ces tensions débouchent sur la guerre de Sept Ans.

 1756 à 1763 141 : Guerre de sept ans.

La guerre est d'abord un conflit généralisé opposant le camp de l'Angleterre et de la Prusse à celui de la France et de l'Autriche, rejoints plus tard par la Suède et la Russie.

 5 janvier 1757 142 : Damiens tente d'assassiner le roi Louis XV.
 28 mars 1757 143 : Supplice de Damiens pour avoir tenté d'assassiner Louis XV.

Les artistes, protégés par la favorite Madame de Pompadour, ne servent plus la gloire du régime comme au temps de LouisXIV. Au contraire, ils alimentent la contestation des salons parisiens et prêchent dans l'opinion la cause de Frédéric II de Prusse, prototype du «despote éclairé» qui plaît tant aux penseurs du temps. Le grand Voltaire, qui entretient des liens d'amitié avec le roi de Prusse, est de ces penseurs.

Le roi Frédéric II de Prusse bat séparément la France, puis l'Autriche et enfin la Russie qui se révèlent incapables de coordonner leurs actions. Le conflit se sépare bientôt en deux conflits parallèles : France contre Angleterre et Prusse contre Autriche.

 9 octobre 1758 144 : Début du ministère de Choiseul.
 18 septembre 1759 145 : Perte de Québec.
 8 septembre 1760 146 : Capitulation de Montréal.
 15 août 1761 147 : «Pacte de famille» entre les Bourbons de France, d'Espagne et d'Italie.
 10 fevrier 1763 148 : Traité de Paris : perte du premier empire colonial de la France au profit de l'Angleterre.

La France perd la totalité de son premier Empire colonial au profit de l'Angleterre : Louisiane, Sénégal, Canada, Antilles et Inde. Seuls la Martinique, la Guadeloupe et cinq comptoirs commerciaux d'Inde (dont Pondichery) sont sauvés. L'opinion publique reproche au roi l'abaissement de la France ; Louis XV est devenu le «Bien Haï».

Choiseul n'est pas premier ministre, mais titulaire de trois ministères (affaires étrangères, guerre et marine). Le bilan de son action est :

  • réorganisation de l'armée et reconstruction de la marine.
  • tentative de résolution des problèmes religieux par le bannissement des jésuites.
  • graves révoltes parlementaires.

 23 fevrier 1766 149 : Mort de Stanislas Leczinski. Rattachement de la Lorraine à la France.
 9 mars 1764 150 : Les jésuites sont bannis de France.
 15 mai 1768 151 : Achat de la Corse à la république de Gênes.

Pour compenser la perte du Canada, Choiseul rachète la Corse aux Génois, ajoutant de nouveaux problèmes car il faudra prendre le contrôle de l'île par la force.

 15 août 1769 152 : Naissance de Napoléon Bonaparte.
 16 mai 1770 153 : Mariage du Dauphin Louis avec l'archiduchesse Marie Antoinette.
 24 decembre 1770 154 : Renvoi de Choiseul.

Choiseul est renvoyé. La comtesse du Barry a remplacé madame de Pompadour dans le rôle de facorite. Elle cristallise sur elle la haine populaire.

Statue de Napoléon

Les dernières années du règne se font sous les ministères du Triumvirat :

  • Chancelier Maupéou : réforme et abaissement des Parlements.
  • Abbé Ternay : redressement partiel des finances.
  • Duc d'Aiguillon : politique étrangère désastreuse.

 23 fevrier 1771 155 : Réforme de Maupéou = Parlement de Paris remplacé par 6 Conseils supérieurs.
 10 mai 1774 156 : Mort de Louis XV. Avenement de Louis XVI.

Quand le roi meurt au terme de soixante ans de règne (l'un des plus longs de l'Histoire), il est detesté. On transporte le cercueil la nuit de Versailles à Saint Denis pour éviter les huées des spectateurs.

cortège funèbre de Louis XV - Gravure extraite d'un manuel scolaire de 1940
A suivre
Haut de pageLe Bien Haïpas de paragraphe suivantpas de page suivante

EN CONSTRUCTION !
La suite sera disponible très bientôt !

Ceux qui souhaitent poursuivre l'aventure de l'histoire de France plus avant peuvent cliquer sur le lien ci-dessous pour visiter un autre site spécialisé sur l'époque révolutionnaire.

Site sur la RévolutionSite sur la Révolution - lien vers un autre site
Sources des dates citées dans cette page :
 - 1 (juin 1598) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome III, p 1304
 - 2 (1599) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 146
 - 3 (17 decembre 1600) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 51
 - 4 (1605 à 1615) : d'après le site "Encyclopaedia Britannica" biographie
 - 5 (17 avril 1607) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome IV, p 369
 - 6 (juillet 1607) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 146
 - 7 (3 juillet 1608) :  d'après le site de la ville de Québec
 - 8 (14 mai 1610) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 52
 - 9 (12 juillet 1610) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome III, p 1304
 - 10 (26 janvier 1611) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome III, p 1304
 - 11 (19 novembre 1612) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome III, p 1304
 - 12 (2 octobre 1614) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 151
 - 13 (27 octobre 1614) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 52
 - 14 (novembre 1615) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome III, p 1304
 - 15 (28 novembre 1615) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 52
 - 16 (24 avril 1617) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 151
 - 17 (8 juillet 1617) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome III, p 1304
 - 18 (1617 à 1620) : d'après le site de la BNF "data.bnf.fr" article
 - 19 (1620) :  d'après le site officiel du monument
 - 20 (15 decembre 1621) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome VI, p 231
 - 21 (15 janvier 1622) : d'après le site "Encyclopédie de l'agora" biographie
 - 22 (5 septembre 1622) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 52
 - 23 (1621 à 1629) : d'après Wikipédia article
 - 24 (18 octobre 1622) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 52
 - 25 (29 avril 1624) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 53
 - 26 (1624) : d'après le guide Michelin France (édition 2000), p 377
 - 27 (6 fevrier 1626) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome III, p 1305
 - 28 (septembre 1627 à 28 octobre 1628) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 53
 - 29 (28 juin 1629) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 53
 - 30 (21 novembre 1629) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 53
 - 31 (10 novembre 1630) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome III, p 1246
 - 32 (30 mai 1631) : d'après Wikipédia article
 - 33 (1631 à 1643 (ou 1644)) : d'après Wikipédia article
 - 34 (1631) : d'après le guide Michelin France (édition 2000), p 377
 - 35 (1631 et 1632) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome III, p 1305
 - 36 (29 janvier 1635) : d'après le site de l'Académie française les grandes dates
 - 37 (1635 à 1638) : d'après le guide Michelin châteaux de la Loire (édition 1998), p 79
 - 38 (janvier 1637) : d'après le site de l'Académie française article
 - 39 (1635 à 1648) : d'après Wikipédia article
 - 40 (16 decembre 1641) : d'après "les 2000 dates qui ont fait la France" p 86
 - 41 (22 decembre 1641) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome III, p 1306
 - 42 (4 decembre 1642) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 54
 - 43 (14 mai 1643) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 54
 - 44 (3 avril 1644) : d'après le site "linternaute.com" article
 - 45 (1648) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 123
 - 46 (30 janvier 1648) : d'après le site "Encyclopaedia Britannica" article
 - 47 (24 octobre 1648) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 55
 - 48 (30 janvier 1649) : d'après le site "généalogie des rois de France" article sur Charles Ier
 - 49 (1649 à 1650) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 123
 - 50 (janvier 1651) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 55
 - 51 (1651 à 1653) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 123
 - 52 (3 fevrier 1653) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 55
 - 53 (3 août 1653) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1742
 - 54 (16 decembre 1653) : d'après le site "histoire de l'Europe et de la Méditerranée" (rechercher 1653)
 - 55 (5 avril 1654) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1742
 - 56 (7 juin 1654) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 55
 - 57 (7 novembre 1659) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 56
 - 58 (25 mai 1659) : d'après le site "histoire de l'Europe et de la Méditerranée" (rechercher 1659)
 - 59 (9 mars 1661) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 56
 - 60 (10 mars 1661) :  d'après leBescherelle "Chronologie de l'histoire de France des origines à nos jours" des éditions Hatier, p 406
 - 61 (13 avril 1661) :  d'après "Catalogue des livres imprimez de la bibliothèque du roy" - Théologie - seconde partie, p 48
 - 62 (5 septembre 1661) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1742
 - 63 (2 janvier 1664) :  d'après "Etudes sur le règne de Louis XIV" de 1858, p 193
 - 64 (20 decembre 1664) : d'après "les 2000 dates qui ont fait la France" p 94
 - 65 (1665) :  d'après "Documents d'histoire moderne" des presses universitaires de Bordeaux, p 138
 - 66 (2 au 5 septembre 1666) : d'après le site "histoire de l'Europe et de la Méditerranée" (rechercher 1666)
 - 67 (1667 à 1668) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 123
 - 68 (1668) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1742
 - 69 (31 mars 1668) : d'après Wikipédia article en langue anglaise
 - 70 (9 septembre 1668) : d'après le site "Encyclopédie de l'agora" oeuvres
 - 71 (2 mai 1668) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 56
 - 72 (juin 1672) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 57
 - 73 (17 fevrier 1673) : d'après "les 2000 dates qui ont fait la France" p 97
 - 74 (1673 à 1693) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 125
 - 75 (10 août et 17 septembre 1678 et 5 février 1679) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 162
 - 76 (1679) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 119
 - 77 (1681) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 163
 - 78 (30 septembre 1681) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 163
 - 79 (6 avril 1682) :  d'après le site "Dictionnaire biographique du Canada"
 - 80 (6 mai 1682) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 58
 - 81 (18 octobre 1685) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1743
 - 82 (1688 à 1697) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 125
 - 83 (mars 1689) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1743
 - 84 (1694) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 60
 - 85 (1697) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1744
 - 86 (20 septembre - 30 octobre 1697) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 170
 - 87 (11 octobre 1698) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 170
 - 88 (13 mars 1700) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 170
 - 89 (2 octobre 1700) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 170
 - 90 (16 novembre 1700) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1744
 - 91 (mai - juin 1702) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1744
 - 92 (4 août 1704) :  d'après le "Manuel des consuls', Volume 2,Partie 2,Livre 2, p 600
 - 93 (14 fevrier 1707) :  d'après "Vauban : de la gloire du roi au service de l'Etat" de M. Virol, p 353
 - 94 (30 mars 1707) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome VII, p 653
 - 95 (1709) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 61
 - 96 (22 janvier 1710) :  d'après le site du musée national de Port-Royal des Champs
 - 97 (avril - juin 1713) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1744
 - 98 (6 mars 1714) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 61
 - 99 (15 fevrier 1710) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 61
 - 100 (14 avril 1711) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 61
 - 101 (12 fevrier 1712) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 180
 - 102 (18 fevrier 1712) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 61
 - 103 (8 mars 1712) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 61
 - 104 (4 mai 1714) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 62
 - 105 (1er septembre 1715) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 62
 - 106 (2 septembre 1715) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 189
 - 107 (15 septembre 1715) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1744
 - 108 (15 septembre 1715) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1744
 - 109 (1716 à 1720) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 62
 - 110 (2 mai 1716) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 62
 - 111 (22 mars 1720) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1745
 - 112 (juin - juillet 1720) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1745
 - 113 (12 decembre 1720) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1745
 - 114 (1718 à 1720) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 131
 - 115 (20 janvier 1720) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1745
 - 116 (1721) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1745
 - 117 (27 novembre 1721) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1745
 - 118 (25 octobre 1722) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 63
 - 119 (16 fevrier 1723) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 63
 - 120 (22 fevrier 1723) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 181
 - 121 (2 decembre 1723) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 63
 - 122 (5 septembre 1725) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann 63
 - 123 (11 juin 1726) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 63
 - 124 (23 janvier 1730) :  d'après l'édition originale de la pièce, mise en ligne par Gallica
 - 125 (24 mars 1730) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1745
 - 126 (18 août 1732) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1745
 - 127 (1er fevrier 1733) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1745
 - 128 (12 septembre 1733) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1745
 - 129 (5 octobre 1733) : d'après Wikipédia liste des rois de Pologne
 - 130 (10 octobre 1733) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 63
 - 131 (1733 à 1738) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 131
 - 132 (18 novembre 1738) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 64
 - 133 (20 octobre 1740) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 64
 - 134 (16 decembre 1740) : d'après le site "histoire de l'Europe et de la Méditerranée" (rechercher 1740)
 - 135 (1741 à 1748) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 131 et 132
 - 136 (29 janvier 1743) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 64
 - 137 (11 mai 1745) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 64
 - 138 (1748) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1746
 - 139 (18 octobre 1748) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 65
 - 140 (1755) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1746
 - 141 (1756 à 1763) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 132
 - 142 (5 janvier 1757) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 65
 - 143 (28 mars 1757) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1746
 - 144 (9 octobre 1758) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1746
 - 145 (18 septembre 1759) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1746
 - 146 (8 septembre 1760) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 66
 - 147 (15 août 1761) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 66
 - 148 (10 fevrier 1763) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 66
 - 149 (23 fevrier 1766) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1746
 - 150 (9 mars 1764) : d'après le site "histoire de l'Europe et de la Méditerranée" (rechercher 1764)
 - 151 (15 mai 1768) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 67
 - 152 (15 août 1769) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 67
 - 153 (16 mai 1770) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 67
 - 154 (24 decembre 1770) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 67
 - 155 (23 fevrier 1771) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome IV, p 1747
 - 156 (10 mai 1774) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 67
Haut de Page
  Plan  |  Nouveautés  |  Index  |  Ressources  |  Contacts  |  Remerciements  |  Avertissement  |  Droits  |  Légendes  |  Sources  

© 2000-2017 : N. HIS - Site HIStoire  [ Dernière mise à jour : 13 mars 2017 ]

Page précédente : les guerres de religion
Niveau supérieur : les temps modernes
Pas de page suivante