Flavius Aetius
le dernier des romains
Général romain
Mort
454
Pas de généalogie
Pas de blason
Pages liées  
lien vers une page de sites associés à cette page
lien vers une page de livres associés à cette page
lien vers une page de films associés à cette page
Le dernier des Romains
Haut de pagepas de paragraphe précédentLa jeunesse chez les Huns

On ne sait plus quand est né Aetius. Ce devait être à la fin du IVième siècle. Aetius est romain. Il vécut dans le siècle troublé de l'Empire romain d'occident. Son monde est donc un monde en décomposition ; c'est le chaos de l'effondrement d'un Empire plusieurs fois séculaires qui avait su apporter la paix à la Gaule. Dans cette apocalypse, il sera le dernier rempart, la dernière chance, stupidement et criminellement foudroyé en pleine tâche.

La jeunesse chez les Huns
Haut de pageLe dernier des RomainsLa lutte contre les peuples germains

Dans sa jeunesse, Aetius a été envoyé comme otage chez les Huns. Il connait donc très bien ce peuple, ses coutumes, ses points forts et ses faiblesses.

Il n'est pas non plus impensable qu'il aie alors croisé le jeune Attila, qui n'était pas encore le « Fléau de Dieu ».

Aetius aura en tout cas pu apprécier la supériorité des Huns au combat, et plus tard il saura employer des troupes d'auxiliaires Huns lors de ses luttes contre les peuples germains.

La lutte contre les peuples germains
Haut de pageLa jeunesse chez les HunsLa Horde déferle sur la Gaule

Aetius est général quand les Grandes Invasions submergent l'Empire romain d'Occident. Poussés par les terribles Huns, les peuples germains déferlent en effet les uns après les autres sur la Gaule, fuyant la Horde sauvage.

 433 1 : Aetius reçoit le titre de Patrice.

Général talentueux et infatigable, Aetius est sur tout les fronts. Il fait barrage aux Burgondes qu'il fixe en Savoie. Il contient les Goths, les empéchant de prendre pied dans la vallée du Rhône. Il stoppe également l'inexorable progression des Francs qu'il arrête sur la Somme et refoule en Belgique. Ses auxiliaires Huns, qui soutiennent ses légions romaines, sont d'une redoutable efficacité.

 436 2 : Aetius empêche les Burgondes de s'implanter en Belgique. Il les fixe en Savoie.
 vers 440 3 : Aetius arrête les Francs sur la Somme et les fixe dans la région de Tournai.

C'est à ce général intègre et désinteressé que la Gaule doit d'avoir survécu aux invasions des peuples germains. Mais le pire est à venir. Le pire a un nom : les Huns, ainsi qu'un visage : celui d'Attila, le « Fléau de Dieu ».

La Horde déferle sur la Gaule
Haut de pageLa lutte contre les peuples germainsSainte Geneviève galvanise le moral des Lutéciens

Au printemps 451, les Huns franchissent le Rhin. Auparavant, ils ont détruit Cologne en faisant un véritable carnage.

 7 avril 451 4 : Les Huns brûlent Metz, première ville martyrisée en Gaule.

Puis vient le tour de Verdun, de Laon, de Saint Quentin, de Reims. La Horde atteind la Marne sans qu'on puisse l'arrêter.

Des cohortes de réfugiés se jettent sur les routes de l'exode. Partout où ils passent ils rapportent les scènes d'horreur qu'ils ont vécues et achèvent de terroriser les populations.

Sainte Geneviève galvanise le moral des Lutéciens
Haut de pageLa Horde déferle sur la GauleLa Horde est stoppée

A Lutèce, l'administration romaine a déjà plié bagages et a filé vers Orléans, puis Tours. La population est en train de faire de même quand une frêle jeune fille de quinze ans exhorte les Lutéciens a rester et prier car, dit-elle, les Huns ne viendront pas.

Comme l'a écrit Maurice Druon, le premier miracle pour Sainte Geneviève, c'est déjà qu'on l'aie crue ! Les Lutéciens s'agenouillent, prient et reprennent courage. La ville est mise en état de défense.

 avril 451 5 : Attila ne s'attaque pas à Lutèce défendue par ses habitants auxquels Saint Geneviève a redonné courage.
Sainte Geneviève protège Paris - Gravure extraite d'un manuel scolaire de 1960
Sainte Geneviève protège Paris - Gravure extraite d'un manuel scolaire de 1960

Le second miracle, c'est qu'Attila n'aie effectivement pas pris Lutèce. On suppose que mu par une haine (dont on ignore la cause) envers les Goths, il aie voulu foncer au plus vite vers les territoires wisigothiques de l'Aquitaine et de l'Espagne. Ne voulant pas perdre le temps nécessaire à prendre une ville décidée à soutenir le siège, il délaisse donc Lutèce et la vallée de la Seine pour piquer vers la Loire. Grossière erreur, car il laisse ainsi ouverte la route du Nord, autorisant une descente (peu probable, certes) des Francs au secours des gallo-romains.

La Horde est stoppée
Haut de pageSainte Geneviève galvanise le moral des LutéciensL'appel du général

Les Huns viennent mettre le siège devant Orléans, elle aussi en état de défense.

Pendant ce temps, Aetius est rentré précipitemment d'Italie. Au passage, il a rassemblé en catastrophe toutes les troupes qu'il a pu trouver.

Le 24 juin 451, Orléans va succomber. Quand soudain, les troupes romaines déferlent sur les assiégeants. C'est Aetius et son armée de secours ! Les Huns sont sidérés. Depuis leurs steppes de Mongolie, ils ont vu tous les peuples d'Asie et d'Europe détaller devant eux. On ne les a jamais attaqué ! Ils se replient et abandonnent la place.

 24 juin 451 6 : Aetius attaque la Horde. Les Huns se replient. Orléans est sauvée.

Pour la première fois la Horde a été mise en echec. Pour la première fois elle a reculée.

L'appel du général
Haut de pageLa Horde est stoppéeLes Champs Catalauniques

La Horde a reculé, certe, mais elle est encore intacte.

Aetius se démene du mieux qu'il peut pendant trois mois. Il ramène l'administration romaine à Lutèce et tente de rallier tous ceux qu'il peut. Je risquerai un parallèle audacieux avec un autre général qui 15 siècles plus tard lancera un appel fameux depuis Londres. Là aussi le gouvernement est en fuite, là aussi les villes du nord flambent, là aussi les armées sont en déroute, là aussi les populations sont sur les routes. Mais un général seul pense que la situation peut encore être renversée. L'appel d'Aetius peut se résumer par « la Gaule a perdu une bataille, mais elle n'a pas perdu la guerre ».

Le général romain ne peut pas parler à la BBC, mais il visite ou fait visiter tout ce qui représente une force militaire en Gaule. C'est un pari inouï, quasi impossible : réunir tous ces peuples qui n'ont jamais rien fait d'autre que s'étriper. Mais Aetius ne se laisse pas arrêter par l'énormité de la tâche. Il se bat. Il négocie. Il exhorte au courage d'un côté, rappelle le serment d'assistance des peuples fédérés de l'autre...

Et (est-ce le troisième miracle de Sainte Geneviève?) on lui répond ! Des quatre coins de la Gaule les armées se mettent en marche. Les Burgondes viennent de l'est, les Bretons de l'ouest, les Wisigoths du sud et les Francs, sans qui la coalition n'aurait jamais été assez puissante, descendent du nord par cette fameuse route qu'Attila a négligé de verrouiller.

Les Champs Catalauniques
Haut de pageL'appel du généralLe poignard de Valentinien III

La Horde s'est alors repliée quelque part entre Troyes et Châlons, dans une grande plaine qu'on appelle les Champs Catalauniques. Les Huns ont installé un camp où Attila doit ruminer sa vengeance et ses prochains pillages.

 20 septembre 451 7 : L'armée coalisée d'Aetius surprend les Huns aux Champs Catalauniques.

Le 20 septembre, la surprise des Huns doit être énorme de se voir une nouvelle fois attaquer.

Et par quelle armée ! Par la plus formidable coalition que la Gaule aie jamais vue. Aetius a réussi son formidable défi. Ils sont tous là, les peuples de la Gaule : les Romains, les Gallo-Romains, les Wisigoths, les Burgondes, les Bretons, les Francs (saliens et ripuaires). Les ennemis d'hier et de demain mettent leurs différences entre parenthèses et marchent côte à côte : la Gaule est en danger, ils viennent la défendre. Le vieil Empire moribond relève la tête une dernière fois pour un ultime flamboiement.

Imaginons un instant cette cohue où les légions romaines cotoient les barbares de tous poils ! Les langues, les équipements et les tactiques de combat si différentes. Mais Aetius est un général de génie.

La bataille est l'une des plus importantes de l'Histoire. L'une des plus sanglantes aussi. Les combats durent trois jours. Trois jours d'atroce boucherie.

Au milieu de son camp, Attila a fait dresser un immense bucher pour s'y jeter plutôt que d'être pris vivant. Il ne le fera pas uniquement car il pourra se sauver avec les rescapés de la Horde à la faveur de la nuit.

 22 septembre 451 8 : L'armée coalisée est maitresse du terrain. La Horde des Huns a été écrasée.

Les peuples de la Gaule ont chèrement payé cette victoire par un monceau de cadavres ; le roi des Wisigoths Théodoric est mort au combat. Mais ils sont victorieux et la Gaule est sauvée. Attila repasse piteusement le Rhin avec les restes de sa Horde. Jamais on ne les reverra en Gaule.

Le poignard de Valentinien III
Haut de pageLes Champs CatalauniquesLe grand oublié de la mémoire collective

La gloire d'Aetius, qu'on appelle « le dernier des romains » est immense. Elle finit même par porter ombrage à l'empereur d'occident Valentinien III, qui était resté courageusement caché à Ravenne pendant l'invasion des Huns.

Celà lui devient tellement insupportable qu'il finit par assassiner Aetius de ses propres mains.

 454 9 : Mort d'Aetius assassiné par Valentinien III.

On ne sait si dans ce geste criminel il faut le plus condamner l'ingratitude ou la stupidité.

L'ingratitude car il a été abject de récompenser ainsi celui qui s'est battu pendant 25 ans pour sauver la Gaule de la désintégration et de l'anéantissement sans chercher jamais a usurper un pouvoir qu'il aurait pourtant exercé avec talent.

La stupidité surtout, car ce que Valentinien tue dans son geste monstrueux, c'est aussi le dernier espoir de survie de l'empire d'occident. Après la mort d'Aetius (et l'assassinat de Valentinien par les amis d'Aetius), les évenements vont s'accélerer avec la défection des peuples fédérés qu'Aetius n'est plus là pour contenir. Que se serait-il passé sinon ? L'empire d'occident apparaissait déjà moribond, mais après tout, l'empire d'orient survivra bien 1000 ans... Assassiner Aetius dans ce contexte est l'une des plus tragique et injuste bêtise de toute l'Histoire.

Le grand oublié de la mémoire collective
Haut de pageLe poignard de Valentinien IIIpas de paragraphe suivant

Aetius est l'un des héros qui a le plus fait pour notre pays. Pourtant, il est injustement méconnu. En aviez-vous entendu parler avant de lire ces lignes?

C'est l'une des grandes injustices de notre mémoire collective. On glorifie (avec raison) Jeanne d'Arc, Du Guesclin ou Vercingétorix... mais d'Aetius il n'est jamais question. A Paris, Sainte Geneviève a sa montagne, et Aetius n'a même pas une rue. Pourtant, Aetius n'a pas eu moins de mérite que la sainte de Paris, le preux connétable breton ou la pucelle de Lorraine.

Sources des dates citées dans cette page :
 - 1 (433) : d'après "chronologie de l'histoire ancienne" de Y. Papin p 114
 - 2 (436) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 42
 - 3 (vers 440) : d'après Wikipédia article
 - 4 (7 avril 451) : d'après "chronologie de l'histoire ancienne" de Y. Papin p 115
 - 5 (avril 451) : d'après "Attila" de R. Caratini p 261
 - 6 (24 juin 451) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome I, p99
 - 7 (20 septembre 451) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome I, p 100
 - 8 (22 septembre 451) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome I, p 100
 - 9 (454) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome I, p 100
Haut de Page
  Plan  |  Nouveautés  |  Index  |  Ressources  |  Contacts  |  Remerciements  |  Avertissement  |  Droits  |  Légendes  |  Sources  

© 2000-2017 : N. HIS - Site HIStoire  [ Dernière mise à jour : 21 mai 2017 ]