Richelieu
Armand Jean du Plessis
Cardinal et ministre de Louis XIII
L'évêque de Luçon

Richelieu fut d'abord destiné par sa famille à une carrière militaire. Mais un de ses frères ainé ayant refusé d'être évêque de Luçon, poste dont le roi avait fait la propriété de sa famille, Richelieu du devenir religieux.

Richelieu avait peu d'estime pour son évéché, mais il s'en servit comme tremplin politique. Il y mène une politique de catholique réformateur.

Elu député aux Etats Généraux de 1614. Il s'y fait remarquer par la régente Marie de Médicis
Reine de France
[26 avril 1575 / 3 juillet 1642]
  
[Biographie]
Marie de Médicis
. Il entre donc dans les hautes sphères politiques dans le camp de Marie de Médicis
Reine de France
[26 avril 1575 / 3 juillet 1642]
  
[Biographie]
Marie de Médicis
et de Concini.

 8 juillet 1617 4 : Execution de Léonora Galigaï, femme de Concini.

Richelieu suit la reine mère en disgrâce.

Richelieu accède au pouvoir

Débarrassé de la tutelle de sa mère, Louis XIII règne d'abord en collaboration avec Luynes, aussi médiocre gestionnaire que la reine mère.

 15 decembre 1621 6 : Mort de Luynes.
Westerkerk d'Amsterdam - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de N. Prigent
Louis XIII
 1621 à 1629 9 : Révolte des Protestants.
 18 octobre 1622 10 : Edit de Montpellier : modification de l'édit de Nantes.

  • Extension de la liberté d'exercice de culte des Protestants.
  • Diminution du nombre de leur places de sûreté à deux (La Rochelle et Montauban).

Si les droits des Protestants sont renforcés, ils en sortent affaiblis politiquement.

Richelieu revient en grâce. La reine mère ne lui pardonnera jamais d'avoir abandonné son parti. Elle cherchera dès lors à lui nuire par tous les moyens.

Jean Guiton
 6 fevrier 1626 13 : Edit contre les duels.
Blason de La Rochelle

Après l'édit d'Alès, la cour et le pays sont partagés en deux partis :

Le parti «dévot» (Marie de Médicis, Anne d'Autriche et Gaston d'Orléans) : Parti farouchement anti-protestant et partisan d'une alliance avec les Habsbourgs pour éradiquer l'hérésie.

Le parti des « bons français » (Richelieu, tout cardinal qu'il soit) : Parti qui refuse l'ingérence des questions religieuses dans les affaires de l'Etat et qui considère que les Habsbourgs sont beaucoup plus dangereux pour la France que les Protestants.

Le puissant ministre

Marie de Médicis tente, lors de la journée des dupes, d'évincer Richelieu. La manoeuvre se retourne contre elle, et c'est elle qui perd toute influence. Le parti dévot a perdu, la collaboration entre Louis XIII et Richelieu est renforcée.

 10 novembre 1630 17 : Journée des Dupes.

Le cardinal sera le meilleur soutien du roi (premier ministre jusqu'à la fin du règne) qui souffrira des complots et trahisons perpétuels de sa mère, sa femme (la reine des 3 mousquetaires) et de son frère Gaston d'Orléans.

Tâdj Mahall - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de C. Bourgade

Le redressement de la France amorcé sous Henri IV se poursuit.

 30 mai 1631 18 : Théophraste Renaudot crée le premier journal : la Gazette (qui paraîtra jusqu'en 1914).

L'inépuisable Gaston d'Orléans continue ses complots.

Aile Gaston d'Orléans
Corneille
 1635 à 1648 25 : La France participe à la Guerre de 30 ans.

Cette guerre est initialement un conflit religieux interne à l’Allemagne, et finit en guerre européenne. Elle se terminera pour la France avec le traité de Westphalie sous Louis XIV.

Sur son lit de mort, le cardinal recommande Mazarin au roi. Louis XIII suit de près son fidèle ministre dans la tombe.

Statue de Richelieu