les pairs de France
Qu'était un pair de France?
Haut de pagepas de paragraphe précédentLes anciennes pairies

Les pairs de France étaient les grands féodaux qui étaient directement vassal du roi de France. Etymologiquement, le nom signifie les "égaux" du roi. En pratique, la pairie était un moyen de distinguer les vassaux les plus importants du roi.

La pairie est un office de la couronne (comme la fonction de connétable) et pas un titre de noblesse. La qualité de pair du royaume donnait certains privilèges (comme celui de n'être jugeable que par les autres pairs) et certaines contraintes (en particulier celle de prêter au roi l'hommage lige, c'est à dire l'hommage féodal le plus prioritaire).

Les anciennes pairies
Haut de pageQu'était un pair de France?Le rôle des pairs dans la cérémonie du sacre

Au début, il y avait 12 pairies. 6 pairies ecclésiastiques et 6 pairies laïques ; 6 comtés et 6 duchés :

Pairies ecclésiastiques Pairies laïques
Duchés pairie
l'archevêché duché de Reims l'archevêché duché de Reims
l'évêché duché de Laon l'évêché duché de Laon
l'évêché duché de Langres l'évêché duché de Langres
le duché d'Aquitaine le duché d'Aquitaine
le duché de Bourgogne le duché de Bourgogne
le duché de Normandie le duché de Normandie
Comtés pairie
le comté évêché de Beauvais le comté évêché de Beauvais
le comté évêché de Chalons le comté évêché de Chalons
le comté évêché de Noyon le comté évêché de Noyon
le comté de Champagne le comté de Champagne
le comté de Flandre le comté de Flandre
le comté de Toulouse le comté de Toulouse
Le rôle des pairs dans la cérémonie du sacre
Haut de pageLes anciennes pairiesLes nouvelles pairies
 1er novembre 1179 1 : Philippe Auguste est associé au trône par son père Louis VII. Les pairs de France sont associés à la cérémonie du sacre.

A partir du sacre de Philippe Auguste, les pairs de France jouent un rôle symbolique dans la cérémonie du sacre, au cours de laquelle chacun a une fonction bien précise :

L'archevêque de Reims posait la couronne sur la tête du roi L'archevêque de Reims posait la couronne sur la tête du roi
L'évêque de Laon portait la Sainte Ampoule L'évêque de Laon portait la Sainte Ampoule
L'évêque de Langres portait le sceptre du roi L'évêque de Langres portait le sceptre du roi
L'évêque de Beauvais portait le manteau du roi L'évêque de Beauvais portait le manteau du roi
L'évêque de Châlons portait l'anneau du roi L'évêque de Châlons portait l'anneau du roi
L'évêque de Noyon portait la ceinture du roi L'évêque de Noyon portait la ceinture du roi
Le duc de Bourgogne portait la couronne et mettait sa ceinture au roi Le duc de Bourgogne portait la couronne et mettait sa ceinture au roi
Le comte de Flandre portait l'épée du roi Le comte de Flandre portait l'épée du roi
Le comte de Toulouse portait les éperons du roi Le comte de Toulouse portait les éperons du roi
Le comte de Champagne portait l'étendard du roi Le comte de Champagne portait l'étendard du roi
Le duc de Normandie portait la première bannière du roi Le duc de Normandie portait la première bannière du roi
Le duc d'Aquitaine portait la seconde bannière du roi Le duc d'Aquitaine portait la seconde bannière du roi
Les nouvelles pairies
Haut de pageLe rôle des pairs dans la cérémonie du sacrepas de paragraphe suivant

Au fur et à mesure du temps, certaines des pairies laïques furent intégrées au domaine royal.

 6 mars 1204 2 : Prise de Château Gaillard par l'armée royale, puis chute de Rouen (en juin) et conquête de la Normandie.
 21 août 1271 3 : Mort d'Alphonse de Poitiers sans héritier. Ses domaines (dont le comté de Toulouse) vont à la couronne.
 16 août 1284 4 : Suite au mariage de Philippe IV le bel et de Jeanne de Navarre (comtesse de Champagne), le comté de Champagne rentre dans les possessions royales.

Le roi Philippe le bel crée de nouvelles pairies laïques.

 1297 5 : Philippe le bel créé de nouvelles pairies laïques (Anjou, Artois et Bretagne) pour remplacer les anciennes pairies annexées (Champagne, Toulouse et Normandie).
le duché d'Anjou le duché d'Anjou
le comté d'Artois le comté d'Artois
le duché de Bretagne le duché de Bretagne

A partir de là, l'attribution de la pairie devient un moyen de faire grimper quelqu'un aux plus hauts sommets de la pyramide de la Noblesse. Les rois se mettent à créer des pairies à tort et à travers, et on se retrouve avec un nombre délirant de pairs du royaume. La disparition de la féodalité fait perdre la notion d'hommage lige, mais les pairs gardent certains privilèges comme celui de siéger au Parlement de Paris.

Avec la Restauration, un chambre des pairs est créé, qui se veut équivalente à la chambre des Lords anglaise. Elle ne survit pas à la disparition du régime monarchique.

Sources des dates citées dans cette page :
 - 1 (1er novembre 1179) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome II, p 475
 - 2 (6 mars 1204) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome I, p 427
 - 3 (21 août 1271) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 82
 - 4 (16 août 1284) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome II, p 845
 - 5 (1297) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 89
Haut de Page
  Plan  |  Nouveautés  |  Index  |  Ressources  |  Contacts  |  Remerciements  |  Avertissement  |  Droits  |  Légendes  |  Sources  

© 2000-2017 : N. HIS - Site HIStoire  [ Dernière mise à jour : 10 juillet 2017 ]