la loi salique
Pour en savoir plus sur la loi salique :
Origine de la loi salique Origine de la loi salique
Le contexte Le contexte
Le contenu Le contenu
Les conséquences Les conséquences
Origine de la loi salique
Haut de pagepas de paragraphe précédentLe contexte

A l'origine, le terme de loi salique désigne la loi des francs saliens, le peuple de Clovis.

Entre autres choses, la loi des francs prévoit les dispositions d'héritage des propriétés foncières :

  • Exclusion des femmes de la succession.
  • Partage du domaine foncier à parts égales entre les fils du défunt

La seconde disposition est à l'origine des partages désastreux du royaume sous les premiers mérovingiens.

Partage à la mort de Clovis
Partage à la mort de Clovis
Partage à la mort de Clotaire Ier
Partage à la mort de Clotaire Ier
Le contexte
Haut de pageOrigine de la loi saliqueLe contenu

Plusieurs siècles après, la legislation des francs s'est fondue avec le droit gallo-romains et d'autres systèmes pour accoucher du système féodal. Les dispositions qui régissaient la société de Clovis ne sont plus de mise depuis bien longtemps :

  • Dans les grands fiefs (et dans les royaumes féodaux comme la Navarre), des femmes exercent les fonctions politiques héritées de leurs aïeuls à défaut d'homme dans la succession. Citons en ce début de XIVième siècle la reine Jeanne de Navarre (femme du roi Philippe le bel) et la comtesse d'Artois Mahaut.
  • Il n'est plus question depuis bien longtemps, pour les royaumes comme pour les petits fiefs, de partage entre les héritiers masculins, mais plutôt de primogéniture, c'est-à-dire de tout transmettre à l'aîné des garçons.

La loi salique serait ainsi resté au nombre des textes oubliés si un problème dynastique ne s'était posé :

 5 juin 1316 1 : Mort de Louis X. Philippe de Poitiers devient régent.

Quand le roi Louis X meurt, il ne laisse pas d'héritier mâle. Sa veuve, la reine Clémence est enceinte, accouche d'un garçon, mais ce dernier meurt au bout de quelques jours.

C'est la première fois depuis Hugues Capet qu'il n'y a pas d'héritier masculin en ligne directe. Selon les usages du temps, la fille de Louis X (Jeanne) devrait lui succéder. Malheureusement, il y a des doutes sur la légitimité de cette dernière à cause de l'adultère de sa mère Marguerite de Bourgogne.

Tout ceci excite la convoitise du premier frère de Louis X (Philippe de Poitiers). Comme il ne peut pas formellement prouver l'illégitimité de sa nièce (il n'y a pas encore d'analyse ADN), il lui faut trouver autre chose. La vieille loi salique va pouvoir reprendre du service.

Le contenu
Haut de pageLe contexteLes conséquences

On va ainsi trancher la règle successorale de la couronne de France sur un cas d'espèce.

Dans l'impossibilité de trancher irréfutablement de la légitimité ou de l'illégitimité de Jeanne, on va simplifier le problème en déclarant purement et simplement les femmes inaptes à la succession à la couronne de France.

En réalité, il s'agit d'un véritable coup d'état perpétré par Philippe de Poitiers pour devenir roi. Prudent, il fait enteriner la loi salique par une assemblée de notables.

 2 fevrier 1317 2 : La «Loi Salique» est confirmé par une assemblée comme règle successorale de la France.
Les conséquences
Haut de pageLe contenupas de paragraphe suivant

Philippe V était sans doute bien loin d'imaginer les conséquences de cette nouvelle législation montée de toutes pièces pour légitimer sa prise de pouvoir : A sa mort, il ne laisse que des filles, que la loi salique écarte automatiquement de la succession qui va à son frère cadet Charles IV. Quand ce dernier meurt en ne laissant lui aussi que des filles, on se retrouve devant un sacré casse-tête : l'héritier mâle le plus proche est le roi d'Angleterre (fils d'Isabelle, soeur des précédents rois).

Là encore, on va trancher le cas général sur un cas d'espèce. Comme il faut bien trouver un pretexte pour écarter le roi d'Angleterre, on va trafiquer encore un peu plus la loi salique en l'aggravant : non seulement elles ne peuvent pas exercer le pouvoir royal, mais elles ne peuvent même pas en transmettre le droit à leurs descendants.

Le successeur est donc Philippe VI de Valois, plus proche parent par descendance exclusivement masculine. Le bricolage juridique discutable qui a mis ce roi sur le trône le met vite en difficulté : le roi d'Angleterre tient là un magnifique pretexte de lui faire la guerre sans violer le droit féodal... une guerre qui durera cent ans.

Mise en place dans des circonstances plus que discutables, la loi salique a cependant une belle nouvelle carrière devant elle : elle restera jusqu'à la fin de la monarchie la règle de succession à la couronne de France. C'est à cause d'elle qu'à l'extinction des Valois il faudra remonter jusqu'à Saint Louis (soit plus de trois siècles en arrière) pour établir le nouvel héritier légitime (Henri IV).

Sources des dates citées dans cette page :
 - 1 (5 juin 1316) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 30
 - 2 (2 fevrier 1317) : d'après le site "histoire de l'Europe et de la Méditerranée" (rechercher 1317)
Haut de Page
  Plan  |  Nouveautés  |  Index  |  Ressources  |  Contacts  |  Remerciements  |  Avertissement  |  Droits  |  Légendes  |  Sources  

© 2000-2017 : N. HIS - Site HIStoire  [ Dernière mise à jour : 20 avril 2017 ]