Charles V
le sage
Roi de France
Naissance
21 janvier 1338
Mort
16 septembre 1380
Généalogie
Blasons
Dauphins de FranceDauphin de Fance
Début : 30 mars 1349 / Fin : 8 avril 1364
Ducs de NormandieDuc de Normandie = Charles Ier
Début : 1355 / Fin : 8 avril 1364
Valois directsRoi de France = Charles V
Début : 8 avril 1364 / Fin : 16 septembre 1380
Pages liées  
lien vers une page de sites associés à cette page
lien vers une page de livres associés à cette page
lien vers une page de films associés à cette page
Les débuts de la guerre de cent ans
Haut de pagepas de paragraphe précédentUne France anéantie

Le conflit entre la grande France et la petite Angleterre dégénère vite en catastrophe pour l'orgueilleux royaume des lys.

 24 juin 1340 1 : Défaite navale française à la bataille de l'Ecluse.

La flotte française, victime de l'incompétence de son commandement, est détruite par la flotte anglaise.

 26 août 1346 2 : Défaite française à la bataille de Crecy.

Edouard III utilise pour la première fois en Occident les canons dans une bataille rangée et bat Philippe VI. Le comble de la bêtise : les chevaliers français massacrent eux-mêmes les fantassins de l'armée française quand ils les trouvent sur leur route lors de leur charge « héroïque ».

Bataille de Crecy - Photo utilisée avec l'aimable autorisation du musée Jeanne d'Arc de Rouen
 3 août 1347 3 : Prise de Calais par Edouard III.

C'est l'épisode des « bourgeois de Calais ». Nul ne se doute encore que les anglais tiendront la ville plus de 2 siècles !

 1347 à 1348 4 : La Peste Noire ravage la France province après province.

C'est une hécatombe. A long terme, les conséquences sur la démographie et l'économie seront aussi dramatiques que l'épidémie elle même.

 vers 1350 5 : Apogée du Grand Zimbabwe.
 22 août 1350 6 : Mort de Philippe VI de Valois. Avenement de Jean II le bon.
C'est à cette époque que se déroulent les actions de la série «Vasco» et de la bande dessinée «le matin du monde» de la série «Yoko Tsuno»

Les deux adversaires de Jean II le bon sont :

Jean II - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum

Le seul point positif du règne est le rattachement (pacifique, par donation) du Dauphiné à la couronne : désormais l'héritier présomptif de la couronne recevra ce territoire et portera donc le titre de Dauphin (le premier Dauphin est donc Charles de Normandie, futur Charles V).

Charles le Mauvais fomente le plus de troubles possibles et va d'assassinats (meurtre du connétable, et favori du roi, Charles d'Espagne) en trahisons (nombreuses alliances avec le roi d'Angleterre). Jean II finit par lui tendre un piège au château de Rouen en se servant du Dauphin comme appât involontaire. Le roi de Navarre est capturé et emprisonné ; mais l'héritier du trône est discrédité.

 5 avril 1356 7 : Jean II le bon fait arrêter Charles le mauvais à Rouen.
Tour Jeanne d'Arc
le Prince Noir

Simultanément, la guerre avec l'Angleterre se poursuit. Le Prince Noir (le prince de Galles, fils d'Edouard III) ravage le centre du pays. Jean II convoque l'imposante ost (armée) royale et fait la chasse à la troupe de pillage du Prince Noir.

 19 septembre 1356 8 : Désastre français à la bataille de Poitiers. Le roi Jean II est prisonnier du prince de Galles.

6000 anglais mettent en déroute l'ost royale de 25000 français (non, je n'ai pas fait de faute de frappe dans les chiffres !). Le roi Jean II est prisonnier du prince de Galles.

Jean II le bon

La bataille de Poitiers est l'aboutissement logique et désastreux de l'archaïsme de l'armée française. Le Dauphin (malade et infirme) quitte le champ de bataille dès le début de la débâcle, permettant ainsi d'assurer un gouvernant à la France. Son jeune frère Philippe reste jusqu'au bout au côté de son père auquel il crie sans relâche « Père gardez vous à gauche ! Père gardez vous à droite ! » quand les anglais encerclent le roi.

Empereur Charles IV - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum
 10 janvier 1356 9 : Bulle d'or : L'empereur Charles IV retire toute influence à l'Eglise sur l'attribution de la couronne du Saint Empire. Ce choix incombe uniquement à 7 grands électeurs.
Une France anéantie
Haut de pageLes débuts de la guerre de cent ansLe roi sage et le connétable breton

Au soir de Poitiers, la France n'a plus ni armée ni gouvernant. Jean II et Philippe partent en captivité à Londres. Bénéficiant pendant la plus grande partie de sa captivité d'une prison dorée (logé dans un château, avec toutes les distractions du temps), le roi Jean sera tout de même emprisonné un temps dans la Tour de Londres quand les négociations se durciront.

Le Dauphin Charles, par une adroite pirouette juridique, est déclaré tuteur de son père et devient d'abord lieutenant général du royaume puis Régent.

Tour blanche
Dauphin Charles - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum

C'est lui qui doit surmonter l'anarchie d'une France rendue chaotique par la défaite :

  • Les Etats Généraux tentent sans succès d'imposer une monarchie parlementaire.
  • Le prévôt des marchands de Paris, Etienne Marcel, est à deux doigts de réussir une Révolution avant la lettre, mais il est arrêté alors qu'il allait livrer Paris à Charles le Mauvais.
  • La Jacquerie (révolte paysanne) ravage les campagnes et est difficilement maîtrisée.

 8 mai 1360 10 : Traité de Bretigny.

Le traité de Bretigny livre une grande partie du pays aux anglais :

  • L'Angleterre acquiert en bien propre (plus de vassalité) le sud-ouest de la France
  • Edouard III renonce à ses prétentions sur la couronne de France.
  • Jean II sera libéré contre rançon et otages.

France de Bretigny
La France partagée au traité de Bretigny

Le roi est libéré pour rassembler sa rançon. C'est à cette occasion qu'on commence à frapper sur les monnaies le visage du souverain. Le fils que Jean II avait laissé en otage s'étant échappé, le roi retourne par honneur à Londres où il meurt.

 1360 à 1405 11 : Tamerlan (Timur Lang) fonde un nouvel empire mongol au moyen orient.

Il ne restait qu'un cran à descendre pour la France dans la catastrophe : Jean II a eu le temps d'investir son fils préféré Philippe le Hardi (celui de la bataille de Poitiers et de la captivité à Londres) de la Bourgogne. Comme Philippe est marié à l'héritière des Flandres, il se retrouve à la tête d'un immense et riche territoire (Flandres et Bourgogne) coupé en deux... avec un morceau de France entre les deux. C'est de lui que sortira la dangereuse maison de Bourgogne (Jean Sans Peur et Charles le Téméraire).

Le roi sage et le connétable breton
Haut de pageUne France anéantiepas de paragraphe suivant
Statue de du Guesclin
 8 avril 1364 12 : Mort de Jean II à Londres. Avenement de Charles V.
 19 mai 1364 13 : Charles V est sacré roi de France.

A la mort de Jean II, Charles V est sacré roi d'une France affaiblie et dépecée. Le sage roi est affligé d'une grave maladie qui l'emportera trop tôt. Rendu infirme, il ne peut mener une bataille et c'est Bertrand Du Guesclin qui est son alter ego à la tête des armées.

Charles le Mauvais continuant ses traîtrises et ses complots, la première partie du règne se concentre sur la neutralisation du dangereux roi de Navarre.

 16 mai 1364 14 : Bataille de Cocherel = Charles le Mauvais est battu par Du Guesclin.

Au traité de Vernon, le Navarrais perd ses nombreux territoires français (dont le comté d'Evreux). Il ne lui reste plus que le petit royaume de Navarre. Plus jamais il n'inquiétera la France.

 1368 15 : Les Mings chassent les Mongols de Chine et prennent le pouvoir pour trois siècles.
 2 octobre 1370 16 : Du Guesclin est fait connétable par Charles V, Robert de Fiennes s'étant démis de cette charge à cause de son grand âge.

Le grand fléau de l'époque, ce sont les « Grandes Compagnies », ces bandes de mercenaires licenciées qui s'agrègent en bande de brigands qui ravagent villes et campagnes. Du Guesclin les emmène participer aux guerres qui ravagent l'Espagne. Elles y sont à peu près décimées, et tout au moins sont dispersées.

Muraille de Chine - Photo utilisée avec l'aimable autorisation de D. Harlais
Louvre médiéval

Charles V et Du Guesclin peuvent dès lors se consacrer à la reconquête systématique de l'essentiel du territoire perdu au traité de Bretigny. Le génie de Du Guesclin est tel que les anglais perdent les régions les unes après les autres. A la fin de la première partie de la guerre de Cent Ans, toute la France est reconquise, sauf la Guyenne, Bayonne, Brest, Cherbourg et Calais.

Charles V résidait au Louvre, où (étant très érudit) il constitue une des plus belles bibliothèques de son temps.

Charles V

Le règne de Charles V se caractérise également par une administration brillante du royaume, principalement des réformes financières judicieuses. Malgré son état de santé désastreux, le sage roi sait avoir une forte autorité qui tient en respect ses frères (qui seront si tumultueux après lui). Sa maladie l'emporte trop tôt, laissant un fils en bas âge.

 21 juin 1377 17 : Mort de Edouard III au terme de 50 ans de règne. Avenement de Richard II.
 20 septembre 1378 18 : Robert de Genève est élu Pape sous le nom de Clément VII. Grand Schisme d'Occident : 2 Papes (Urbain VI à Rome et Clément VII en Avignon se disputent le trône de Saint Pierre).
 13 juillet 1380 19 : Mort de du Guesclin au siège de Châteauneuf-de-Randon.
 8 septembre 1380 20 : Les Moscovites battent les Tatars à Koulikovo.
 16 septembre 1380 21 : Mort de Charles V. Avenement de Charles VI.

Du Guesclin a tant fait pour la France que Charles V décide de le faire enterrer à Saint Denis avec les rois. Personne d'autre n'aura jamais cet honneur.

Bertrand du Guesclin - Reproduction de sceau utilisée avec l'aimable autorisation du site Sigillum

Cette personne est référencée dans l'ouvrage du père Anselme :

   - Tome I, p 109 et 110, dans la section « CHAPITRE IV - Rois de France de la branche de Valois ».

Sources des dates citées dans cette page :
 - 1 (24 juin 1340) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome II, p 862
 - 2 (26 août 1346) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 103
 - 3 (3 août 1347) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome II, p 862
 - 4 (1347 à 1348) : d'après "aide-mémoire d'histoire de France" de J. Berthier p 92
 - 5 (vers 1350) : d'après le site "Larousse.fr" article
 - 6 (22 août 1350) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 103
 - 7 (5 avril 1356) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome II, p 862
 - 8 (19 septembre 1356) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 105
 - 9 (10 janvier 1356) : d'après Wikipédia éphéméride
 - 10 (8 mai 1360) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 105
 - 11 (1360 à 1405) : d'après "atlas historique" de la Librairie Académique Perrin p 175
 - 12 (8 avril 1364) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 105
 - 13 (19 mai 1364) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 109
 - 14 (16 mai 1364) : d'après "le journal de la France" des Librairies Jules Tallendier tome II, p 863
 - 15 (1368) : d'après "le Monde au Moyen Age" de B. Merdrignac et P. Mérienne p 83
 - 16 (2 octobre 1370) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome VI, p 180
 - 17 (21 juin 1377) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 34
 - 18 (20 septembre 1378) : d'après "les 2000 dates qui ont fait la France" p 29
 - 19 (13 juillet 1380) : d'après "la chronologie de l'histoire de France" de JC Volkmann p 35
 - 20 (8 septembre 1380) : d'après le site "Encyclopaedia Britannica" article
 - 21 (16 septembre 1380) : d'après "l'histoire chronologique et généalogique de la maison royale de France" du père Anselme de Sainte Marie tome I, p 110
Haut de Page
  Plan  |  Nouveautés  |  Index  |  Ressources  |  Contacts  |  Remerciements  |  Avertissement  |  Droits  |  Légendes  |  Sources  

© 2000-2017 : N. HIS - Site HIStoire  [ Dernière mise à jour : 20 avril 2017 ]